Navigation – Plan du site
Études

Le sort des Bédouins du Néguev : quels enseignements pour la construction politique et idéologique de l’État d’Israël ?

The fate of Negev Bedouins: lessons regarding political and ideological construction of the Israeli state
Ivan Sand
p. 35-55

Résumés

Cet article de recherche correspond à une enquête de terrain en vue d’analyser la place de la population bédouine du Néguev dans la société israélienne. Cette étude, première étape d’un projet de doctorat, introduit des éléments de réflexion sur la signification du sort réservé aux Bédouins de cette région, au sein d’un État jeune, encore soucieux de justifier son existence. En effet, les mécanismes politiques de la construction du pays semblent à l’origine du refus de prendre en considération les revendications de ces habitants, qui possèdent pourtant la citoyenneté israélienne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cédric Parizot, Le Mois de la Bienvenue. Réappropriations des mécanismes électoraux et réajustement (...)
  • 2 En plus de la citoyenneté israélienne, l’État reconnaît l’existence de trois « nationalités » (leom(...)

1Le terme « Bédouin » (Bedwi en hébreu) est utilisé en Israël pour désigner indistinctement des populations vivant en Galilée (Nord du pays) et dans la région du Néguev (centre), toutes deux arabes et musulmanes. Pourtant ces deux groupes d’habitants communément nommés Bédouins n’entretiennent aucun lien structurel et ne partagent pas d’histoire commune : les Bédouins du Néguev sont en effet originaires du Sinaï et d’Arabie Saoudite tandis que ceux de Galilée sont venus de Jordanie et de Syrie1. La dénomination « Bédouins d’Israël »2, qu’on trouve écrite dans certains documents officiels dès les années 1950, est donc par définition inadaptée puisqu’elle réunit des populations tout à fait différentes. Afin de distinguer ces deux groupes, on emploiera les termes de « Bédouins de Galilée » et de « Bédouins du Néguev », ces derniers constituant l’objet d’étude de cet article.

  • 3 Chiffres issus du rapport de 2013 du Central Bureau of Statistics en Israël.
  • 4 « Bedouins in the State of Israel » Lexicon of Terms: http://www.knesset.gov.il/lexicon/eng/bedouim (...)
  • 5 La première phrase de l’article en anglais stipule : « Bedouins are a subgroup within the Arab mino (...)

2La désignation des Bedwim (pluriel du mot Bedwi) dresse une séparation profonde entre ceux-ci et les autres citoyens arabes vivant en Israël. On estime que les Bédouins sont aujourd’hui 200 000 à vivre dans l’État hébreu (environ 60 000 en Galilée et 140 000 dans le Néguev), alors que l’ensemble des Arabes d’Israël représente 1 650 000 personnes, soit 20 % de la population totale du pays3. Les Bédouins constituent donc une minorité au sein d’une plus grande minorité et sont généralement décrits comme très différents du reste de la population arabe d’Israël alors qu’ils entretiennent avec elle des relations étroites et anciennes. Aujourd’hui, cette différenciation est toujours présente au niveau institutionnel puisque la formulation « Bédouins dans l’État d’Israël » est une expression à part entière recensée dans le lexique de la Knesset4, le Parlement israélien. Bien que ces populations y soient présentées comme un « sous-groupe de la minorité arabe », leur description insiste sur « la singularité culturelle, historique, sociale et politique »5 des Bédouins.

  • 6 Cette représentation de « communauté fidèle » fait ici référence au système du millet utilisé dans (...)
  • 7 « The percentage of Bedouins serving in the IDF is fairly high » ; « A monument honoring Bedouin co (...)
  • 8 Alors que jusqu’à la fin des années 1980, dans ces localités bédouines, une majorité des votes étai (...)
  • 9 Cette expression fait référence à l’ensemble de la population arabe qui vivait en Palestine avant l (...)
  • 10 Le terme « partis arabes » renvoie ici aux formations politiques qui ont pour ligne principale la d (...)
  • 11 Cédric Parizot, « Fraude électorale et socialisation politique. Le cas du scrutin législatif du 17  (...)
  • 12 On peut également parler de « partis sionistes » pour celles-ci, c’est-à-dire revendiquant une affi (...)

3Cette distinction, très présente au sein de la société israélienne, juive comme arabe, expliquerait leur actuelle marginalisation politique et économique. Le traitement réservé aux populations bédouines a été différent du sort fait au reste de la population arabe israélienne dès les premières années de l’existence de l’État. Les Bédouins peuvent par exemple faire leur service militaire, sur la base du volontariat, au contraire de la plupart des Arabes d’Israël. Cette différenciation a contribué à forger la vision des Bédouins du Néguev et de Galilée, comme « une communauté fidèle »6 avec qui il était souhaitable de nouer des alliances. Dans l’article du lexique de la Knesset, on retrouve également cette perception puisque le paragraphe consacré au statut socio-économique des Bédouins israéliens fait état du « pourcentage élevé des Bédouins qui servent dans l’armée » et même de l’existence en Galilée d’un « monument en l’honneur de la contribution des Bédouins à l’État et à l’armée »7. Ces éléments peuvent être interprétés comme des données illustrant la spécificité des Bédouins par rapport à la majorité des Arabes israéliens qui constitueraient une potentielle cinquième colonne. Ces derniers nourrissent également de forts a priori concernant les Bédouins et leur mode de vie. Toutefois, les frontières entre ces populations arabes d’Israël tendent à se réduire depuis les années 1990, comme on a pu le mesurer au cours de récentes élections locales et nationales, notamment à partir du scrutin législatif de 19968. En effet, la volonté des Bédouins de se raccrocher à une histoire partagée avec l’ensemble des « Palestiniens de 48 »9 peut par exemple se mesurer à l’essor des « partis politiques arabes »10 au cours des vingt dernières années dans les localités bédouines11 au détriment des principales formations politiques du pays12.

  • 13 Elisabeth Marteu, « Des usages de l’empowerment, du genre et du féminisme dans les associations de (...)

4À ce sujet, il est particulièrement intéressant de rappeler que ceux qu’on appelle aujourd’hui « Bédouins » se sont longtemps eux-mêmes désigné simplement par le terme ’Arab (« Arabe » en langue arabe). Cette terminologie renvoie aux distinctions que les habitants du Néguev faisaient avant 1948 entre les possédants (’Arab) et les paysans (Fellahin)13 qui louaient la terre aux Bédouins. Une troisième catégorie rassemblait les anciens esclaves originaires d’Afrique, notamment du Soudan, sous le nom de Humran, qui signifie « rouge » en arabe. Le qualificatif Bedu, qui renvoie simplement aux habitants du désert, n’était à l’époque généralement utilisé que par les paysans arabes de la région. La généralisation de ce terme, y compris parmi les habitants du Néguev, est donc une conséquence des bouleversements subis par cette population, notamment à la suite de la création de l’État d’Israël.

  • 14 Gideon M. Kressel, Joseph Ben-David et Khalil Abu Rabi’a, « Changes in the Land Usage by the Negev (...)
  • 15 Avinoam Meir, As Nomadism Ends. The Israeli Bedouin of the Negev, Boulder: Westview Press, 1997.
  • 16 Ahmad Amara et Zinaida Miller, « Unsettling Settlements: Law, Land, and Planning in the Naqab » in (...)
  • 17 A. Amara, I. Abu-Saad et O. Yiftachel, Indigenous (In)justice…, op. cit., 2013.
  • 18 Ghazi Falah, « The Spatial Pattern of Bedouin Sedentarization in Israel », Geojournal, vol. 11 (4), (...)

5Les profonds changements au sein de la communauté des Bédouins du Néguev ont cependant été largement amorcés avant 1948. Les travaux de certains chercheurs israéliens, comme l’anthropologue Gideon Kressel14 et le géographe Avinoam Meir15, démontrent que dès la fin du xixe siècle, cette société a dû s’adapter aux évolutions en cours dans la région. Les autorités ottomanes ont par exemple cherché à limiter le pouvoir des tribus bédouines par cooptation d’une partie d’entre elles. La Sublime Porte s’est également approprié la plus grande partie des terrains qu’elles occupaient, en pratiquant notamment la politique de la « terre morte »16 (mawat en arabe). Sous l’Empire ottoman, cette qualification, qui répondait à des critères extrêmement précis17, définissait ces zones comme inhabitées, non cultivées et dont aucun individu n’avait possession. L’établissement de frontières internationales et la prise de contrôle de la région par l’administration britannique ont par la suite accentué les changements initiés par les gouverneurs turcs. Dès les années 1930, la grande majorité des Bédouins pratiquent l’agriculture et le passage vers un mode de vie sédentaire est déjà bien engagé18.

  • 19 La plupart des recherches s’accordent sur ce chiffre de 95 000 et l’ensemble des estimations exista (...)
  • 20 G. Falah, « The Spatial Pattern… », art. cit., p. 361.
  • 21 Emmanuel Marx, The Bedouin of the Negev, Manchester : Manchester University Press, 1967.
  • 22 Cédric Parizot, « Gaza, Beer Sheva, Dahriyya : une autre approche des Bédouins du Néguev dans l’esp (...)

6Les événements de 1948 vont par ailleurs sceller la disparition du système tribal qui régissait le fonctionnement de la communauté des Bédouins dans le Néguev. Alors que ce groupe de population comptait environ 95 00019 membres avant la création de l’État hébreu, ils sont à peine 11 000 à l’issue de la guerre israélo-arabe de 194820, appelée guerre d’Indépendance en Israël. Comme le décrit l’anthropologue Emmanuel Marx21, la grande majorité a été chassée par l’armée israélienne ou a fui les combats vers les régions dont les Bédouins étaient originaires et où ils avaient de fortes attaches, sans possibilité de retour. Ces migrations expliquent l’intensité des liens qui existent encore aujourd’hui entre les Bédouins du Néguev et les habitants du Sinaï, de la bande de Gaza et de Cisjordanie22.

  • 23 Ghazi Falah,  « Israeli State Policy towards Bedouin Sedentarization in the Negev », Journal of Pal (...)
  • 24 E. Marx, The Bedouin…, op. cit., 1967.
  • 25 C. Parizot, Le Mois de la Bienvenue…, op. cit.

7La très faible proportion qui a pu rester dans la région est confinée dans un petit espace au nord et à l’est de Beer Sheva, la principale ville du secteur. La zone d’habitation des Bédouins est alors estimée à environ 10 % de la superficie totale du désert du Néguev, le reste étant récupéré par l’État fraîchement créé23. De plus, comme l’ensemble des Arabes vivant en Israël, les Bédouins sont soumis à un régime militaire jusqu’en 1966 : leurs activités politiques sont strictement contrôlées, tout comme leurs déplacements en dehors de cette zone24. L’ensemble de ces bouleversements modifie donc en profondeur le mode de vie de cette population, qui avait déjà connu de nombreuses évolutions au cours des dernières années de l’Empire ottoman puis à l’époque du mandat britannique en Palestine. Administrativement, l’État hébreu décide de reconnaître l’existence de 19 tribus (‘Ashira en arabe), dont il nomme les représentants ou sheikhs. Ces entités ne reflètent absolument pas la complexité de l’organisation tribale qui existait avant 1948 et qui avait déjà été mise à mal par le départ de plus de 80 % de la population. La confiscation de la grande majorité de leurs territoires combinée à cette réorganisation structurelle aboutit à un véritable éclatement du fonctionnement des tribus bédouines du Néguev25.

8En 1966, au moment où l’administration militaire des Arabes d’Israël prend fin, la communauté des Bédouins du Néguev est totalement sédentarisée et n’est plus régie par un réel ordre tribal. Pourtant, les clichés du Bédouin nomade, soumis à l’autorité de sa tribu, vont encore perdurer de nombreuses années. On les retrouve même aujourd’hui dans les débats concernant les plans de relocalisation des Bédouins du Néguev conduits par le gouvernement. Depuis la politique d’urbanisation forcée à la fin des années 1960, le discours des autorités israéliennes à propos des Bédouins du Néguev a quelque peu évolué. Pourtant, il semble que le gouvernement continue de nier l’attachement de cette population à sa terre ainsi que ses droits de propriété dans des régions où elle vit depuis plusieurs siècles. Les politiques d’aménagement du territoire récemment évoquées prévoient ainsi le déplacement forcé de plus de 30 000 Bédouins du Néguev tandis que l’accès aux infrastructures de base est toujours déficitaire dans de nombreuses villes de ce secteur. Au-delà de la légitimité des revendications des Bédouins du Néguev, l’étude portera sur la signification du traitement de cette population minoritaire dans le contexte de la construction politique et idéologique d’un État encore jeune et soucieux de justifier son existence. Cette approche correspond à une première étude de terrain, qui a pour but de formuler des hypothèses de travail en vue d’une analyse approfondie menée dans le cadre d’un futur doctorat.

9Alors que le pays a largement évolué depuis 1948, l’attitude des autorités israéliennes à l’égard des Bédouins du Néguev semble se figer dans un refus total de prendre en considération leurs revendications. Cette posture trouve en partie ses origines dans les principes fondateurs de l’idéologie sioniste, qui justifie encore aux yeux du gouvernement et de certains universitaires, la politique très ferme, voire fermée, qui leur est appliquée. Cependant, un collectif de chercheurs israéliens a récemment porté le débat sur la qualification des Bédouins en tant qu’indigènes, un statut qui leur accorderait des droits spécifiques d’après la législation internationale, mais qui serait antagoniste avec la vision des Juifs comme unique peuple héritier de cette terre.

Une absence de dialogue qui remonte à la création de l’État d’Israël

  • 26 Les Bédouins du Néguev ont obtenu la citoyenneté israélienne au début des années 1950, en même temp (...)
  • 27 Emmanuel Marx, « Land and Work: Negev Bedouin Struggle with Israeli Bureaucracies », Nomadic People (...)
  • 28 Dans l’ordre chronologique, il s’agit de Tel as-Saba, Rahat, A’ra’ra, Kseife, Sgib as-Salam, Hura e (...)

10Au cours des années 1960, Emmanuel Marx relève un changement profond dans l’attitude des dirigeants du pays à l’égard des Bédouins du Néguev : l’administration met en avant la nécessité de raccorder ces citoyens israéliens26 aux services modernes fournis par l’État27. Or, selon le discours officiel, la dispersion des membres de cette communauté ne leur permet pas de jouir pleinement des infrastructures que le gouvernement entend mettre à leur disposition. Une campagne d’urbanisation forcée est ainsi lancée à cette époque en vue de reloger l’ensemble des Bédouins du Néguev dans des villes planifiées, créées exclusivement à cet usage. Entre 1965 et le début des années 1990, sept cités sont ainsi construites en périphérie de Beer Sheva28. Mais les projets du gouvernement, menés sans véritable concertation avec la communauté bédouine, ne rencontrent pas le succès escompté. Moins de la moitié des Bédouins du Néguev s’installent dans ces cités-dortoirs où les conditions économiques et l’accès aux infrastructures de base telles que l’eau ou l’électricité sont à peine meilleurs que dans les localités non reconnues par le gouvernement.

  • 29 C. Parizot, Le Mois de la Bienvenue…, op. cit. et E. Marx,  « Land and Work… », art. cit.

11Selon la plupart des chercheurs ayant enquêté sur ce sujet, l’échec de la politique de relogement de ces habitants est principalement imputable aux intentions réelles des dirigeants de l’État hébreu. Ces études29 montrent en effet que les motivations premières des gouvernements israéliens successifs étaient de prendre possession d’une importante partie des terres occupées par les Bédouins, en vue de les utiliser pour des projets à destination de la majorité juive du pays. D’une importance économique négligeable, cette région désertique offre en revanche à l’État hébreu le peu de profondeur stratégique dont il dispose d’un point de vue militaire.

  • 30 Élisabeth Marteu, « Éléments de réflexion sur le rapport des Bédouines du Néguev au politique : ent (...)
  • 31 Voir supra note 2.

12Le gouvernement a mis en place une stratégie d’accaparement de cet espace dans la lignée des nationalisations de terres coutumièrement possédées par les Bédouins au cours des années 1950. La légitimité de ces politiques repose sur plusieurs lois qui datent de quelques années après la création de l’État, notamment la Loi sur les Biens des Absents (1950) et la Loi sur l’Acquisition des Terres (1953)30. Dès lors, la confiance des Bédouins dans les promesses formulées par les autorités israéliennes est fortement altérée. Leur constat est amer : malgré l’évolution du discours des dirigeants, les Bédouins se sentent toujours considérés comme des citoyens de seconde zone en comparaison des Israéliens de « nationalité juive »31. C’est un des éléments qui expliquent, chez ces habitants du Néguev, la progression constante de la volonté de défendre une cause commune à l’ensemble des « Palestiniens de 1948 ». Cet attrait s’est exprimé très clairement au cours de tous les scrutins nationaux depuis les années 1990, comme nous l’avons déjà évoqué. D’autre part, les répercussions des décisions prises entre 1965 et la fin des années 1980 sont encore aujourd’hui très prégnantes : la moitié des Bédouins du Néguev vit actuellement dans ce que l’administration nomme des « villages non reconnus », c’est-à-dire toutes les habitations situées en dehors des villes planifiées par l’État. La politique israélienne s’apparente donc à l’approche classique d’un État qui cherche à contrôler l’intégralité de son territoire. Même si celui-ci est bien moins étendu que la plupart des pays confrontés à ce problème, l’enjeu est crucial car l’exiguïté du territoire national est synonyme de vulnérabilité aux yeux des stratèges israéliens. Il s’agit donc pour l’État hébreu de contenir les minorités qui y vivent et qui occupent une place marginale au sein du projet national.

  • 32 C. Parizot, Le Mois de la Bienvenue…, op. cit.
  • 33 Comme l’exprime Cédric Parizot dans sa thèse : « En 1986, le rapport Markowitz, demandé par le gouv (...)

13La terminologie actuelle, qui stigmatise donc ces « villages non reconnus » comme illégaux, n’apparaît qu’au début des années 1980, lorsqu’Israël décide d’appliquer la Loi de Planification et de Construction, ratifiée dès 196532. Durant un peu plus de 15 ans, cette loi n’aura pas été mise en œuvre d’une part parce que le rythme assez lent des constructions ne constituait pas une réelle menace pour le contrôle du territoire et d’autre part parce que la situation des Bédouins dans le Néguev n’était absolument pas considérée comme une priorité. En revanche, cette loi a servi de caution aux destructions de ces hameaux, généralement situés en bordure des routes de la périphérie de Beer Sheva, au moment où le gouvernement a choisi de radicaliser sa position au cours des années 1980. Malgré ce durcissement, on relève, depuis cette période, un accroissement régulier du nombre de ces habitations33. La question de ces localités non reconnues est donc à la fois une conséquence des politiques menées dans les années ayant suivi la création de l’État mais aussi du manque d’implication des gouvernements successifs dans la recherche d’une solution négociée au cours de la fin du xxe siècle.

  • 34 Voir « Adalah to PM Sharon: The Government’s Five-Year Plan for the Arab Bedouin in the Naqab is Di (...)
  • 35 L’organisation non-gouvernementale ACRI (Association for Civil Rights in Israel) y voyait par exemp (...)
  • 36 Ibid.
  • 37 Selon ACRI, l’implémentation de ce programme constituerait une violation du droit international des (...)
  • 38 ACRI, « Principles for Arranging… », art. cit.

14Plus récemment, l’administration israélienne a cherché à mettre en avant sa détermination à régler durablement ce problème. Un nouveau projet de développement de la zone d’habitation des Bédouins du Néguev était prévu pour la période 2003-2007. Selon le discours officiel, il s’agissait en premier lieu d’« améliorer la condition de la communauté bédouine du Néguev » mais aussi de « renforcer l’application de la loi » dans cette région34. L’absence de dialogue avec la population locale a cependant montré que les autorités israéliennes entendaient réduire à nouveau l’espace d’habitation des Bédouins plutôt que s’engager réellement à combattre l’extrême pauvreté qui caractérise ces localités, qu’elles soient reconnues ou non. Suite à l’échec de l’application de ce programme, la commission Goldberg, du nom de l’ancien juge de la Cour Suprême israélienne en charge de cette mission, a vu le jour à la fin de l’année 2007 afin de « régulariser les implantations bédouines du Néguev ». Malgré quelques réserves, notamment concernant l’absence d’habitants de « villages illégaux » parmi les membres de cette commission, la plupart des associations de défense des droits de l’homme ont reconnu que ses conclusions, formulées en novembre 2008, constituaient une avancée très positive35. Elles stipulaient par exemple que l’État devait régulariser le plus grand nombre possible de villages non reconnus et mentionnait « les liens historiques entre les Bédouins et cette terre »36. Cependant, il s’agissait ici de positions de principe, qui n’étaient pas directement applicables. Un comité dirigé par l’ancien vice-président du Conseil de Sécurité Nationale, Uri Prawer, a ainsi été créé en mai 2009 en vue de trouver une application pratique des grands principes définis par la commission Goldberg. Alors que son rôle était de parvenir à une solution négociée avec la communauté bédouine, le plan proposé par le comité Prawer a été unanimement décrié par les mêmes associations qui luttent pour la reconnaissance des localités bédouines du Néguev37 : selon celles-ci, le plan Prawer ne prenait absolument pas en compte les droits fonciers historiques des Bédouins et se situait dans le prolongement des politiques discriminatoires pratiquées à l’égard de cette population depuis 194838.

15Les nombreuses protestations organisées en Israël, appuyées par quelques mobilisations ponctuelles contre ce plan dans certains pays occidentaux ainsi qu’une condamnation officielle de la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay39, ont contraint le gouvernement à reculer. C’est ainsi que Benny Begin, qui avait été nommé pour évaluer le taux d’acceptation du plan au sein de la population locale, annonçait à la fin de l’année 2013 que l’administration israélienne n’avait jamais reçu d’accord de la part des Bédouins, contrairement à ce qui avait été relayé par certains médias40, et que le plan Prawer n’était en l’état pas applicable. Le propos de cet article de recherche n’est pas de discuter la pertinence de ce projet, dont les détails ont par ailleurs été connus très tardivement par les premiers concernés. En revanche, la polémique suscitée par l’évocation de ce plan, dont la plupart des analystes estimaient qu’il contraindrait environ 30 000 personnes à quitter leur logement41, a remis sur le devant de la scène la vision, répandue en Israël, des Bédouins nomades, sans réel attachement à leur territoire. Bien que la plupart des chercheurs ayant travaillé sur ces populations, ainsi que les associations de défense des minorités, insistent sur le fait que les Bédouins du Néguev ne sont plus nomades depuis de nombreuses années, ce cliché perdure au sein de la société et influence encore les décisions prises par les autorités. Il est particulièrement intéressant d’analyser les origines de ce discours, notamment au sein de la construction du jeune État hébreu, et de s’interroger sur l’importance des propriétés foncières, individuelles et collectives, dans la société israélienne. En effet, la représentation du nomadisme des Bédouins contraste fortement avec la volonté du retour à une terre ancestrale présente dans l’idéologie sioniste. Sans aller jusqu’à dénoncer une réelle instrumentalisation, l’hypothèse que ces deux constructions historiques, tout à fait antagonistes, ont ainsi pu servir de légitimation ou du moins de justification au rejet des revendications des habitants du Néguev, semble tout à fait envisageable.

La construction de la perception du Néguev comme un espace vide

  • 42 On trouve certains de ces posters aujourd’hui en vente dans les magasins spécialisés dans les ancie (...)
  • 43 Si cette phrase a bien été utilisée durant les premières années du mouvement sioniste, on lui attri (...)

16Au centre de l’Université Ben Gourion de Beer Sheva, la principale ville du Néguev, une large plaque commémorative rend hommage au très charismatique premier dirigeant de l’histoire d’Israël. On y trouve notamment une citation de David Ben Gourion, écrite en anglais et en hébreu, à propos de la région et de ce qu’elle représentait pour le jeune État : « The Negev offers the greatest opportunity to accomplish everything from the very beginning ». Cette vision peut bien sûr être interprétée comme la volonté des dirigeants israéliens d’apprivoiser la nature désertique du Néguev et de créer ex nihilo un réseau d’infrastructures dans la région. Toutefois, compte-tenu des éléments exposés précédemment, on peut prendre comme hypothèse le fait que cette phrase renvoie également au refus implicite de tenir compte des liens historiques entre cette terre et ses habitants. Les slogans des années 1950 ont de même contribué à véhiculer cette représentation du Néguev comme un espace vide. Certaines affiches datant du début des années 1950 font état de la volonté des Israéliens de faire « fleurir le désert » ou encore de « conquérir une terre à l’abandon »42. On y voit par exemple une main planter une fleur au milieu d’un désert qui s’étend à perte de vue, au sein duquel il est exclu d’envisager une présence humaine antérieure. Il ne s’agit bien évidemment pas ici de nier le caractère désertique du Néguev ou de prétendre que cette région était à l’époque densément peuplée mais simplement d’évoquer les conséquences de ces représentations sur la perception du Néguev en Israël. De plus, on peut remarquer que ce désert contraste fortement avec d’autres lieux, bien plus difficiles à conquérir au moment de la création de l’État d’Israël, dont le plus symbolique est bien entendu Jérusalem. À l’issue de la guerre d’Indépendance de 1948, le désert du Néguev a été intégralement conquis par les Israéliens (le plan de partage de l’ONU de 1947 prévoyait un partage de cette région entre les deux futurs États) alors que la Vieille Ville de Jérusalem, qui contient le Mur des Lamentations, leur est inaccessible. Puis, après la guerre de 1967, quand l’État hébreu occupe des territoires densément peuplés et opposant une forte résistance, le Néguev correspond bien mieux au slogan controversé : « une terre sans peuple pour un peuple sans terre »43. L’image de cette zone comme un vaste espace inoccupé, qui peut être modelé par les nouveaux arrivants comme ils l’entendent, contribue encore sans doute à influencer les mentalités.

  • 44 Oren Yiftachel, Ethnocracy: Land and Identity Politics in Israel/Palestine, Philadelphie : Universi (...)

17Ces idées se retrouvent aussi au sein du discours politique de certains responsables israéliens. En février 2002, une campagne menée par Avigdor Lieberman, qui était alors ministre des infrastructures, aboutissait à l’aspersion par plusieurs avions légers d’un produit toxique destiné à détruire 1 200 hectares de cultures jugées illégales dans le Sud du Néguev. Afin de légitimer ces actions, A. Lieberman déclarait à propos des Bédouins : « Nous devons stopper leur invasion illégale de terres appartenant à l’État »44. L’emploi du « nous », qui renvoie implicitement à la majorité juive du pays, face à « leur » invasion, est caractéristique de la vision de l’extrême droite israélienne intégrée dans les coalitions gouvernementales depuis les années 2000. Deux catégories d’habitants sont ici opposées et une relation hiérarchisée est établie entre elles, en dépit du fait qu’il s’agisse des deux côtés de citoyens israéliens. Lieberman précisait clairement sa pensée par la suite en mentionnant « la menace non-juive » qui planerait sur « nos terres ». De plus, on peut noter que par un habile renversement de l’histoire, les territoires acquis par l’État au détriment des Bédouins sont ici présentés comme victimes d’une « invasion » de ces derniers.

  • 45 A Amara et Z. Miller, « Unsettling Settlements… », art. cit.

18D’autre part, les décisions de la justice israélienne sont à plusieurs reprises allées dans le sens de la négation des droits collectifs des Bédouins sur leur sol. En 1984, la Cour Suprême a par exemple statué sur le sort des habitants du petit village d’Al Hawashla, au sud-est de Beer Sheva, en faisant référence à leur non enregistrement en 1921 dans les registres britanniques de l’époque45. Ce verdict a créé de fait un refus catégorique de reconnaître les droits de propriété foncière de tous les Bédouins qui n’avaient pas été en mesure de faire ces démarches, à savoir la grande majorité d’entre eux. La législation invoquée se réfère au principe de la terre morte (mawat en arabe) qui est en fait antérieure au mandat britannique en Palestine, comme nous l’avons mentionné précédemment. Sans émettre ici de jugement sur le bien-fondé de la décision de la Cour Suprême israélienne, qui s’appuyait sur des systèmes légaux complexes que cet article ne cherche pas à analyser, on peut tout de même constater que la justice du pays a également été dans le sens de cette représentation du Néguev comme une terre vierge. Plusieurs arbitrages de ce type ont ainsi complété les lois d’acquisitions des terres déjà évoquées. Les décisions formulées par les autorités judiciaires à propos des droits de propriété des Bédouins du Néguev constituent de facto un ensemble qui tend à nier la légitimité collective des revendications de cette population.

19Cette question des droits collectifs a été au centre des récents débats autour du plan Prawer-Begin. Les défenseurs des droits des Bédouins militent pour que cette question soit considérée comme relevant du droit des peuples et non comme un panel de litiges individuels.

L’approche colonialiste et les revendications des peuples indigènes

  • 46 L’affaire n’est aujourd’hui toujours pas close mais le juge a débouté Nuri El Okbi en première inst (...)

20Cette controverse s’est très récemment muée en un débat à propos de la qualification des Bédouins comme peuple indigène du Néguev. Si ces discussions ont principalement opposé des figures universitaires du pays et n’ont pour le moment eu qu’un faible écho dans les médias, leurs conséquences pourraient être très importantes sur le plan juridique d’une part et grandement influencer l’opinion publique d’autre part. Les deux principaux camps ont été représentés par deux géographes célèbres du pays : Ruth Kark a pris position contre la vision des Bédouins comme population autochtone du Néguev alors qu’Oren Yiftachel est vu comme le porte-parole des revendications de cette communauté au sein du monde académique israélien. Ils jouissent l’un comme l’autre d’une solide réputation à l’échelle nationale et internationale, ne sont pas affiliés à un parti politique et ont en commun d’avoir été sollicités à plusieurs reprises par la justice israélienne en tant qu’experts dans des contentieux liés aux propriétés foncières. Ces deux figures universitaires ont pris des positions diamétralement opposées à l’égard des Bédouins du Néguev. Ils se sont notamment affrontés en 2009 dans l’affaire « El Okbi », du nom d’un particulier, résident du Néguev, qui était en litige avec l’État à propos d’une parcelle de terrain46. À nouveau, cet article n’a pas pour objectif de lister de façon exhaustive les arguments de chaque camp afin de prendre position mais simplement d’éclairer le rapport de la société israélienne à cette communauté en étudiant certains aspects de leurs travaux de recherche respectifs.

  • 47 Voir par exemple Ronen Shamir, « Suspended in space: Bedouins under the law of Israel », Law and So (...)
  • 48 Entretien mené à l’Université Ben Gourion de Beer Sheva avec Sarab Abu-Rabia-Queder le 23 février 2 (...)

21Tout d’abord, on peut noter que la référence au caractère indigène des Bédouins du Néguev n’est pas tout à fait nouvelle. Cette notion se retrouve dans plusieurs articles et ouvrages47 dès 1996, mais elle y apparaît comme un acquis et ne fait pas l’objet d’un argumentaire. De même, dans la terminologie employée par les habitants du Néguev eux-mêmes, le mot ihtilal48, qui signifie « occupation » en arabe, était utilisé dès les premières années de l’existence d’Israël afin de désigner le régime militaire qui était imposé aux Bédouins dans la région, comme le relate le Professeur Sarab Abu-Rabia-Queder, première femme bédouine à obtenir le titre de maître de conférences à l’Université Ben Gourion de Beer Sheva. Le terme « occupation » est bien sûr directement lié aux notions de colonialisme et de peuple indigène mais ce « nouveau paradigme », comme le nomme Oren Yiftachel, n’avait pas encore été envisagé comme cadre d’étude concernant cette population.

  • 49 O. Yiftachel, Land and Identity…, op. cit.
  • 50 Oren Yiftachel, « Naqab/Negev Bedouins ans the (Internal) Colonial Paradigm », in A. Amara, I. Abu- (...)

22Afin de l’adapter à l’étude de ce cas précis, le géographe israélien définit le concept de « colonialisme interne », qui correspond à la domination d’un groupe, ici majoritaire, qui, sous couvert d’apporter les bienfaits de la modernité, se permet d’aliéner les droits d’une partie de la population au sein du même État. Cette idée se situe dans le prolongement du concept d’« ethnocratie » théorisé par Yiftachel en 200649, dans lequel il décrit les nombreux privilèges dont la population juive d’Israël bénéficierait par rapport au reste de la société. Selon lui, le principal obstacle à la reconnaissance des Bédouins du Néguev comme peuple indigène réside dans le fait que dans le processus de construction de l’État d’Israël, les Juifs se présentent eux-mêmes comme les habitants légitimes de l’ensemble du pays d’un point de vue historique. Alors que les Bédouins se voient comme les habitants de cette région de façon continue depuis plusieurs siècles, le sionisme définit la création de l’État d’Israël, dont le Néguev fait partie, comme l’héritage d’une présence juive très ancienne. « Les Bédouins et les Juifs se considèrent comme le peuple indigène du Néguev »50, conclut Yiftachel. Ainsi, pour une partie de la société israélienne, reconnaître des droits historiques à cette population reviendrait à en enlever à la majorité juive du pays. Il est ainsi possible de voir la stagnation de la condition des Bédouins du Néguev comme une conséquence de la hiérarchisation des citoyens israéliens institutionnalisée par le gouvernement.

  • 51 Havatzelet Yahel, Ruth Kark, et Seth J. Frantzman, « Fabricating Palestinian History. Are the Negev (...)
  • 52 C’est la notion de first people, en anglais, que ces universitaires refusent d’attribuer aux Bédoui (...)

23À l’opposé, le discours des universitaires représentés par Ruth Kark51 insiste sur le fait que les Bédouins ne sont pas les « premiers habitants »52 de cette terre, alors que cela constituerait un des critères les plus importants pour définir une population indigène. Un argument réfuté par les défenseurs des droits des Bédouins, pour qui cette spécificité n’est absolument pas une condition nécessaire. C’est en effet sur la définition du terme « indigène » que les deux camps s’opposent vivement aujourd’hui.

Législation internationale contre hiérarchie entre les peuples

24Alors qu’ils prennent tous deux pour référence la Déclaration des Nations Unies sur les Droits des Peuples Autochtones53 de 200754, ils parviennent à des conclusions tout à fait différentes quand il s’agit d’interpréter ses principes en vue de les appliquer aux Bédouins du Néguev. Bien qu’il ne s’agisse que d’une résolution adoptée par l’Assemblée générale, qui n’a donc pas de valeur juridique contraignante, la légitimation de leur cause par une déclaration à portée universelle revêt une importance cruciale pour les deux camps. Les chercheurs regroupés autour de Ruth Kark retiennent par exemple le fait que les actions en justice menées par des Bédouins aient été traitées individuellement pour nier le caractère indigène de cette communauté. Selon eux, seules les revendications collectives sont caractéristiques des peuples autochtones : les Bédouins formeraient donc une des minorités de la région et non la population indigène du Néguev. Au contraire, selon les universitaires travaillant avec Oren Yiftachel, comme Ahmed Amara ou Alexandre Kadir, cet argument est parfaitement irrecevable tout simplement parce qu’on « ne peut pas attendre des indigènes qu’ils restent figés comme dans un musée »55. Les Bédouins ont certes évolué vers un système moins centré autour de la communauté, notamment sous l’influence des divers mécanismes de contrôle mis en place par les autorités ottomanes, britanniques puis israéliennes, mais cela ne suffirait en aucun cas à nier leur condition de peuple autochtone.

25La définition très floue du concept de « peuple indigène » dans le document des Nations Unies offre aux protagonistes une grande liberté d’interprétation. Comme le relèvent Kark, Yahel et Frantzman dans leur article, la diversité des situations ne permet pas de déterminer des critères à la fois justes et universels. Les grands principes édifiés par l’Organisation des Nations Unies se contentent de mentionner, entre autres éléments déterminants, l’importance de la dimension temporelle, de l’attachement à la terre ou encore le maintien d’une culture spécifique. Ces notions très vagues peuvent dès lors être reprises par chaque camp pour plaider sa propre cause. Ainsi, l’exemple des Aborigènes en Australie est brandi d’un côté pour justifier le caractère autochtone des Bédouins alors qu’il est utilisé pour le réfuter de l’autre. Les Aborigènes d’Australie peuvent revendiquer une présence depuis plus de 40 000 ans selon Ruth Kark, sans commune mesure avec celle des Bédouins dans le Néguev ; au contraire, pour Ahmed Amara et Rodolfo Stavenghen, les Aborigènes ont en commun avec les Bédouins du Néguev d’avoir su conserver une spécificité culturelle et certaines de leurs traditions en dépit d’une domination étrangère. C’est donc bien sur les critères de définition d’un peuple indigène que les deux camps semblent irréconciliables.

  • 56 Le 30 novembre 2013, une poignée de personnes se sont ainsi mobilisées à Bruxelles, Berlin, Rome, L (...)

26En revanche, l’internationalisation de la question des Bédouins du Néguev pourrait accélérer la recherche d’une solution négociée. Bien que les autorités israéliennes soient souvent décrites comme peu enclines à plier face aux pressions internationales, elles sont en réalité très préoccupées par l’image d’Israël à l’étranger. A propos des plans de régularisation des habitants du Néguev, on peut par exemple noter que le recul du gouvernement a coïncidé avec le début d’une campagne médiatique internationale très critique vis-à-vis du projet Prawer et les premiers signes d’une mobilisation populaire dans certaines capitales européennes56. Les références au droit international, tout comme les solidarités sollicitées à l’étranger, sont bien plus pertinentes pour les défenseurs des Bédouins que pour leurs pourfendeurs. C’est en effet le groupe de chercheurs associés à Oren Yiftachel qui s’est saisi de la déclaration des Nations Unies comme d’un outil pour associer les Bédouins à l’ensemble des peuples indigènes qui luttent pour la reconnaissance de leurs droits.

  • 57 H. Yahel, R. Kark et S. J. Frantzman, « Fabricating Palestinian History… », art. cit., p. 3.
  • 58 « If the parameters and preconditions for indigenousness are made more flexible to include arrivist (...)

27L’argumentaire de Ruth Kark a d’ailleurs été construit en réaction aux initiatives menées entre autres par Yiftachel, Amara et Kedar. Dans leur article intitulé « Invention de l’histoire palestinienne. Les Bédouins du Néguev sont-ils un peuple indigène ? »57, Kark, Yahel et Frantzmann répondent à ces derniers en reprenant les éléments de définition de l’ONU ainsi que plusieurs exemples étrangers qu’ils estiment être en mesure de discréditer les demandes des Bédouins. Mais c’est essentiellement d’une comparaison entre la communauté bédouine et le peuple juif dont il est question dans l’article. Dans l’ensemble, les critères retenus par les trois universitaires semblent en effet destinés à établir une hiérarchie entre la légitimité des deux communautés sur cette terre. Le concept de «  statut de nation première » (first nationhood) sur ce sol, la justification d’une « présence continue » (uninterrupted presence), qui remonte d’autre part à des « temps immémoriaux » (immemorial times), ainsi qu’un « attachement spirituel au territoire » (spiritual relationship to the territory), souvent considérée comme « un don de Dieu » (gift […] from God), seraient les principales caractéristiques d’un peuple indigène. L’approche envisagée est ici très instructive d’un point de vue sociétal : la seule façon de traiter la question des revendications des Bédouins sur la terre du Néguev serait de la rapporter aux principaux arguments qui ont servi la cause du projet sioniste, puis la construction de l’État d’Israël. Et c’est même d’une hiérarchisation entre Juifs et Bédouins dont il est question dans le papier de Kark, Yahel et Frantzmann puisque les trois auteurs concluent leur démonstration en estimant que « si les paramètres et les pré-conditions de l’identité autochtone sont définis de manière assez flexible pour y inclure de tels opportunistes que les Bédouins, alors certainement les Juifs peuvent également prétendre à être le peuple indigène d’Israël »58.

*

28L’objectif principal de l’établissement du droit des peuples autochtones est de venir en aide à de nombreuses minorités dans le monde entier, qui justifient d’une présence antérieure à la création de l’État dans lequel ils vivent et qui souffrent d’une marginalisation au sein de celui-ci. Il s’agit avant tout d’un outil juridique qui devait encourager la plupart des pays du monde à reconnaître des droits à ces populations déclassées. Cependant la qualification de « peuple indigène » est bien trop sensible au sein de la société israélienne pour qu’elle puisse s’appliquer aux Bédouins du Néguev sans susciter des protestations. Soixante-six ans après la création de l’État, le sentiment d’insécurité est encore assez fort en Israël pour que la reconnaissance de droits historiques à une communauté arabe du pays soit vue comme une menace pour le caractère juif de l’État.

29En effet, on peut formuler l’hypothèse que, pour les autorités israéliennes, comme pour les universitaires représentés par Ruth Kark, reconnaître les Bédouins en tant que peuple autochtone du Néguev constitue une ligne rouge compte tenu des possibles conséquences à l’échelle du pays et même de la région. Le rattachement de la cause bédouine à l’histoire de l’ensemble des « Palestiniens de 48 », mentionné en introduction, pourrait ainsi crisper les responsables politiques israéliens : accorder des droits historiques aux Bédouins sur leurs terres serait extrêmement dangereux de leur point de vue car cela pourrait n’être qu’une première étape. Les dirigeants israéliens pourraient donc être tentés de faire de cette question un bastion de leur intransigeance. Cette hypothèse est renforcée par les demandes répétées de la part de l’administration de l’actuel premier ministre Benyamin Nétanyahou d’une reconnaissance d’Israël comme un État juif par les représentants de l’Autorité Palestinienne.

30Cependant, l’État hébreu pourrait également saisir ce dossier comme une occasion unique de montrer un assouplissement de certains aspects de sa politique à l’égard de ses minorités. La condition généralement méconnue des Bédouins du Néguev, qui souffrent d’un chômage endémique et d’une pauvreté bien supérieure à la moyenne du pays, est un des éléments qui mettent à mal le caractère démocratique du régime politique israélien. Si les gouvernements successifs n’ont jamais montré de réel engagement en faveur d’une solution acceptable pour la communauté bédouine, le déficit en termes d’image, dont le pays pâtit à l’étranger, pourrait faire évoluer les autorités sur ce sujet. En effet, parmi les nombreux points de discorde que le pays entretient avec la communauté internationale, il est permis d’être plus optimiste concernant le sort réservé à cette population tant les obstacles à son amélioration sont d’ordre symbolique et non stratégique.

Haut de page

Bibliographie

Amara Ahmad, Abu-Saad Ismael et Yiftachel Oren (eds.), Indigenous (In)justice Human Rights Law and Bedouin Arabs in the Naqab/Negev, Cambridge : Harvard Press University, 2013.

Falah Ghazi, « The Spatial Pattern of Bedouin Sedentarization in Israel », Geojournal, vol. 11 (4), 1985, pp. 361-368.

Falah Ghazi, « Israeli State Policy towards Bedouin Sedentarization in the Negev », Journal of Palestinian Studies, vol. 18 (2), 1999, pp. 71-91.

Kressel Gideon, Ben-David Joseph et Abu Rabi’a Khalil, « Changes in the Land Usage by the Negev Bedouin Since the Mid-19th Century », Nomadic Peoples, vol. 28, 1991, pp. 28-55.

Marteu Élisabeth, « Éléments de réflexion sur le rapport des Bédouines du Néguev au politique : entre marginalisation politique et mobilisation sociale », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, vol. 16, 2005, pp. 148-165.

Marteu Élisabeth, « Des usages de l’empowerment, du genre et du féminisme dans les associations de femmes bédouines du Néguev (Israël) », Cultures & Conflits, vol. 83 (3), 2011, pp. 57-77.

Marx Emmanuel, The Bedouin of the Negev, Manchester : Manchester University Press, 1967.

Marx Emmanuel et Shmueli Avshalom (eds), The Changing Bedouin, New Brunswick : Transaction books, 1984.

Marx Emmanuel, « Land and Work: Negev Bedouin Struggle with Israeli Bureaucracies », Nomadic Peoples, vol. 4 (2), 2000, pp. 106-121.

Meir Avinoam, As Nomadism Ends. The Israeli Bedouin of the Negev, Boulder : Westview Press, 1997.

Muir Diana, « A Land without a People for a People without a Land », Middle East Quarterly, vol. 15 (2), 2008, pp. 52-62.

Parizot Cédric, Le Mois de la Bienvenue. Réappropriations des mécanismes électoraux et réajustements de rapports de pouvoir chez les Bédouins du Néguev, Israël, thèse de doctorat, EHESS, 2001.

Parizot Cédric, « Gaza, Beer Sheva, Dahriyya : Une autre approche des Bédouins du Néguev dans l’espace israélo-palestinien », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, vol. 9, 2001, pp. 37-50.

Parizot Cédric, « Fraude électorale et socialisation politique. Le cas du scrutin législatif du 17 mai 1999 dans la ville Bédouine de Rahat, Néguev », Genèses, vol. 57 (4), 2004, pp. 41-63.

Shamir Ronen, « Suspended in space: Bedouins under the law of Israel », Law and Society Review, vol. 30 (2), 1996, pp. 231-257.

Rangwala Tawfiq, « Inadequate Housing, Israel, and the Bedouin of the Negev », Osgoode Hall Law Journal, vol. 42 (3), 2004, pp. 415-470.

Yahel Havatzelet, Kark Ruth et Frantzman Seth J., « Fabricating Palestinian History. Are the Negev Bedouin an Indigenous People? », Middle East Quarterly, vol. 19 (3), 2012, pp. 3-14.

Yiftachel Oren, Land and Identity Politics in Israel/Palestine, Philadelphie : University of Pennsylvania Press, 2006.

Haut de page

Notes

1 Cédric Parizot, Le Mois de la Bienvenue. Réappropriations des mécanismes électoraux et réajustements de rapports de pouvoir chez les Bédouins du Néguev, Israël, thèse de doctorat, EHESS, 2001.

2 En plus de la citoyenneté israélienne, l’État reconnaît l’existence de trois « nationalités » (leom en hébreu) : juive, arabe et druze. Les conséquences de ces distinctions concernent en premier lieu la conscription militaire, la grande majorité des Arabes d’Israël en étant exemptée. Mais l’existence de ces différentes nationalités induit également de nombreuses discriminations envers la population non-juive, notamment dans l’accès au logement et aux services. Les Bédouins sont tous recensés en tant qu’arabes mais cela n’empêchera pas l’État de leur réserver un traitement particulier, ni de faire figurer la catégorie « Bédouins d’Israël » sur certains formulaires.

3 Chiffres issus du rapport de 2013 du Central Bureau of Statistics en Israël.

4 « Bedouins in the State of Israel » Lexicon of Terms: http://www.knesset.gov.il/lexicon/eng/bedouim_eng.htm, 2010, The State of Israel.

5 La première phrase de l’article en anglais stipule : « Bedouins are a subgroup within the Arab minority in the State of Israel, with cultural, historical, social and political uniqueness ».

6 Cette représentation de « communauté fidèle » fait ici référence au système du millet utilisé dans l’Empire ottoman pour caractériser les différentes communautés administrées. Le qualificatif « fidèle » était adossé aux populations qui ne remettaient pas en cause le mode de domination de la Sublime Porte.

7 « The percentage of Bedouins serving in the IDF is fairly high » ; « A monument honoring Bedouin contribution to the state and the army was erected in the Galilee », http://www.knesset.gov.il/lexicon/eng/bedouim_eng.htm, 2010, The State of Israel.

8 Alors que jusqu’à la fin des années 1980, dans ces localités bédouines, une majorité des votes était accordée aux partis dominant la scène politique israélienne, le scrutin législatif de 1996 marque une rupture profonde : 75 % des suffrages exprimés vont aux partis islamistes et nationalistes arabes.

9 Cette expression fait référence à l’ensemble de la population arabe qui vivait en Palestine avant la création de l’État d’Israël.

10 Le terme « partis arabes » renvoie ici aux formations politiques qui ont pour ligne principale la défense des droits de la minorité arabe d’Israël.

11 Cédric Parizot, « Fraude électorale et socialisation politique. Le cas du scrutin législatif du 17 mai 1999 dans la ville Bédouine de Rahat, Néguev », Genèses, vol. 57 (4), 2004, pp. 41-63.

12 On peut également parler de « partis sionistes » pour celles-ci, c’est-à-dire revendiquant une affiliation au sionisme politique. Ces grands partis politiques israéliens, notamment le Mapaï et le Hérut, ont généralement usé de mécanismes clientélistes pour s’assurer le vote des localités bédouines jusqu’aux années 1980, en leur promettant l’attribution de ressources publiques. Au début des années 1990, ces mécanismes ne sont plus dominants lors des scrutins nationaux du fait de l’essor des partis arabes qui témoigne d’une nouvelle distribution idéologique des enjeux politiques dans la région.

13 Elisabeth Marteu, « Des usages de l’empowerment, du genre et du féminisme dans les associations de femmes bédouines du Néguev (Israël) », Cultures & Conflits, vol. 83 (3), 2011, pp. 57-77.

14 Gideon M. Kressel, Joseph Ben-David et Khalil Abu Rabi’a, « Changes in the Land Usage by the Negev Bedouin Since the Mid-19th Century », Nomadic Peoples, vol. 28, 1991, pp. 28-55.

15 Avinoam Meir, As Nomadism Ends. The Israeli Bedouin of the Negev, Boulder: Westview Press, 1997.

16 Ahmad Amara et Zinaida Miller, « Unsettling Settlements: Law, Land, and Planning in the Naqab » in Ahmad Amara, Ismael Abu-Saad et Oren Yiftachel (eds.), Indigenous (In)justice Human Rights Law and Bedouin Arabs in the Naqab/Negev, Cambridge : Harvard Press University, 2013, p. 78.

17 A. Amara, I. Abu-Saad et O. Yiftachel, Indigenous (In)justice…, op. cit., 2013.

18 Ghazi Falah, « The Spatial Pattern of Bedouin Sedentarization in Israel », Geojournal, vol. 11 (4), 1985, p. 361.

19 La plupart des recherches s’accordent sur ce chiffre de 95 000 et l’ensemble des estimations existantes oscille entre 65 000 et 95 000.

20 G. Falah, « The Spatial Pattern… », art. cit., p. 361.

21 Emmanuel Marx, The Bedouin of the Negev, Manchester : Manchester University Press, 1967.

22 Cédric Parizot, « Gaza, Beer Sheva, Dahriyya : une autre approche des Bédouins du Néguev dans l’espace israélo-palestinien », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, vol. 9, 2001, pp. 37-50.

23 Ghazi Falah,  « Israeli State Policy towards Bedouin Sedentarization in the Negev », Journal of Palestinian Studies, vol. 18 (2), 1999, pp. 71-91.

24 E. Marx, The Bedouin…, op. cit., 1967.

25 C. Parizot, Le Mois de la Bienvenue…, op. cit.

26 Les Bédouins du Néguev ont obtenu la citoyenneté israélienne au début des années 1950, en même temps que l’ensemble des Palestiniens restés à l’intérieur des frontières de l’État hébreu en 1948.

27 Emmanuel Marx, « Land and Work: Negev Bedouin Struggle with Israeli Bureaucracies », Nomadic Peoples, vol. 4 (2), 2000, pp. 106-121.

28 Dans l’ordre chronologique, il s’agit de Tel as-Saba, Rahat, A’ra’ra, Kseife, Sgib as-Salam, Hura et Laqiyya.

29 C. Parizot, Le Mois de la Bienvenue…, op. cit. et E. Marx,  « Land and Work… », art. cit.

30 Élisabeth Marteu, « Éléments de réflexion sur le rapport des Bédouines du Néguev au politique : entre marginalisation politique et mobilisation sociale », Bulletin du Centre de recherche français à Jérusalem, vol. 16, 2005, pp. 148-165.

31 Voir supra note 2.

32 C. Parizot, Le Mois de la Bienvenue…, op. cit.

33 Comme l’exprime Cédric Parizot dans sa thèse : « En 1986, le rapport Markowitz, demandé par le gouvernement de l’époque, estime le nombre d’habitations illégales dans la région à 6 000 […]. En 1992, elles sont chiffrées à 12 251 et, en 1996 à 15 926 […] alors que pendant la même période 1 298 constructions résidentielles sont détruites par les autorités ». C. Parizot, Le Mois de la Bienvenue…, op. cit, p.68

34 Voir « Adalah to PM Sharon: The Government’s Five-Year Plan for the Arab Bedouin in the Naqab is Discriminatory and Illegal », 8 mai 2003, http://adalah.org/eng/Articles/263/Adalah-to-PM-Sharon:-The-Governments-Five-Year-for.

35 L’organisation non-gouvernementale ACRI (Association for Civil Rights in Israel) y voyait par exemple « les prémices d’une solution acceptable pour les Bédouins » d’après l’entretien que j’ai pu mener avec Marc Grey, responsable des relations presse de l’association, le 17 février 2014, à Tel-Aviv.

36 Ibid.

37 Selon ACRI, l’implémentation de ce programme constituerait une violation du droit international des peuples autochtones et nierait les liens historiques qui lient les Bédouins à leur sol. Voir « Principles for Arranging Recognition of Bedouin Villages in the Negev », Position Paper, ACRI, mai 2001.

38 ACRI, « Principles for Arranging… », art. cit.

39 Voir le communiqué official du HCDH du 25 juillet 2013 : http://www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=13577&LangID=E

40 « Israeli government halts controversial plan to resettle 30,000 Bedouin », Haaretz, 12 décembre 2013.

41 Ibid.

42 On trouve certains de ces posters aujourd’hui en vente dans les magasins spécialisés dans les anciennes affiches datant des premières années de la création de l’État, comme Israeli Poster Center, situé au 29, rue King George à Jérusalem. D’autre part, l’affiche présentant un poing qui surgit du sable pour faire « fleurir le désert » a été immortalisée par la création d’un timbre à son effigie, que l’on trouve encore en vente aujourd’hui chez les collectionneurs.

43 Si cette phrase a bien été utilisée durant les premières années du mouvement sioniste, on lui attribue néanmoins souvent une bien plus grande diffusion que celle dont ce slogan a réellement bénéficié. Pour ses origines, voir l’article de Diana Muir, « A Land without a People for a People without a Land », Middle East Quarterly, vol. 15 (2), 2008, pp. 52-62.

44 Oren Yiftachel, Ethnocracy: Land and Identity Politics in Israel/Palestine, Philadelphie : University of Pennsylvania Press, 2006, p. 3.

45 A Amara et Z. Miller, « Unsettling Settlements… », art. cit.

46 L’affaire n’est aujourd’hui toujours pas close mais le juge a débouté Nuri El Okbi en première instance.

47 Voir par exemple Ronen Shamir, « Suspended in space: Bedouins under the law of Israel », Law and Society Review, vol. 30 (2), 1996, pp. 231- 257.

48 Entretien mené à l’Université Ben Gourion de Beer Sheva avec Sarab Abu-Rabia-Queder le 23 février 2014.

49 O. Yiftachel, Land and Identity…, op. cit.

50 Oren Yiftachel, « Naqab/Negev Bedouins ans the (Internal) Colonial Paradigm », in A. Amara, I. Abu-Saad et O. Yiftachel, Indigenous (In)justice…, op. cit., p. 300.

51 Havatzelet Yahel, Ruth Kark, et Seth J. Frantzman, « Fabricating Palestinian History. Are the Negev Bedouin an Indigenous People? », Middle East Quarterly, vol. 19 (3), 2012, pp. 3-14.

52 C’est la notion de first people, en anglais, que ces universitaires refusent d’attribuer aux Bédouins du Néguev pour asseoir leur raisonnement.

53 Le mot « autochtone » correspond à la traduction dans les documents des Nations Unies du terme anglais indigenous.

54 http://www.un.org/esa/socdev/unpfii/documents/DRIPS_fr.pdf

55 Entretien avec Alexandre Kedar à l’école de droit de l’université de Haïfa, le 26 février 2014.

56 Le 30 novembre 2013, une poignée de personnes se sont ainsi mobilisées à Bruxelles, Berlin, Rome, Londres et Istanbul en solidarité de la « journée de la rage » organisée en Israël, pour protester contre la confiscation des terres palestiniennes mais aussi contre le plan Prawer-Begin.

57 H. Yahel, R. Kark et S. J. Frantzman, « Fabricating Palestinian History… », art. cit., p. 3.

58 « If the parameters and preconditions for indigenousness are made more flexible to include arrivistes like the Bedouin, surely Jews can also raise a claim to be the indigenous people in Israel. » Voir H. Yahel, R. Kark et S. J. Frantzman, « Fabricating Palestinian History… », art. cit., p. 14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ivan Sand, « Le sort des Bédouins du Néguev : quels enseignements pour la construction politique et idéologique de l’État d’Israël ? », Études arméniennes contemporaines, 3 | 2014, 35-55.

Référence électronique

Ivan Sand, « Le sort des Bédouins du Néguev : quels enseignements pour la construction politique et idéologique de l’État d’Israël ? », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 3 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://eac.revues.org/528 ; DOI : 10.4000/eac.528

Haut de page

Auteur

Ivan Sand

Master 2 Recherche à l’Institut Français de Géopolitique (IFG), université Paris 8

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • Les cahiers de Revues.org