Navigation – Plan du site
Études

Témoigner malgré tout
Les récits des victimes du génocide des Arméniens face aux violences sexuées

Testifying in spite of it all: Stories of the victims of the Armenian Genocide through the prism of gendered violence Introduction
Joceline Chabot, Marie-Michèle Doucet et Sylvia Kasparian

Résumés

Depuis déjà deux décennies, les travaux menés à partir d’une approche genrée des génocides ont profité d’un renouvellement des méthodes et des questionnements. C’est ainsi que les recherches sur le génocide des Arméniens ont exploré les violences spécifiques commises contre les femmes. Dans cette perspective, les travaux des chercheurs issus de différentes disciplines ont montré que l’idéologie genrée (ou gender ideology) a joué un rôle déterminant dès le début du génocide des Arméniens avec la séparation et le massacre des hommes. Quant aux femmes, elles sont victimes de viols, d’enlèvements, d’esclavage sexuel et de conversions forcées à l’islam. Selon plusieurs chercheurs, ces éléments font tous partie d’un programme génocidaire « d’assimilation biologique ». À partir d’une approche multidisciplinaire qui conjugue histoire et linguistique, nous voulons interroger les récits des témoins du génocide des Arméniens en lien avec les violences sexuées perpétrées contre les victimes. Dans cette perspective, notre analyse porte sur le contenu énonciatif des témoignages et sur les dispositifs rhétoriques par lesquels ils représentent les violences sexuées infligées aux victimes. Notre corpus est composé de témoignages livrés et publiés au plus près de l’événement. Celui-ci est analysé au prisme d’outils informatiques de pointe en analyse du discours.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C. H. Enloe, 1983. J. Bethke Elshtain, 1987.
  • 2 M. Ellman, 1968.
  • 3 R. Kévorkian, 2006, quatrième partie.

1Depuis les années 1970, plusieurs chercheurs ont abordé la question de la violence sexuée dans les conflits armés. Ainsi, le thème des violences spécifiques faites aux femmes est devenu un objet d’étude pour les chercheurs et un sujet de mobilisation pour les militants1. En revanche, l’approche genrée des phénomènes génocidaires est plus récente. C’est que certains spécialistes estimaient qu’il n’était pas opportun de différencier l’expérience des hommes et des femmes dans le cadre génocidaire. Ainsi, selon Mary Ellman, la mort de masse consécutive aux génocides du XXe siècle ne fait pas de distinction entre les hommes et les femmes2. Cette affirmation est aujourd’hui remise en question par de nombreux chercheurs. Les recherches sur le génocide des Arméniens ont bien montré le sort spécifique des femmes et des enfants déportés massivement vers les déserts syriens et mésopotamiens ainsi que les atrocités auxquelles ils ont été soumis3.

  • 4 E. Sanasarian, 1989.
  • 5 K. Derderian, 2005.
  • 6 Concept développé par Mary Ann Warren afin de distinguer le génocide – l’extermination délibérée en (...)
  • 7 M. Bjornlund, 2009, p. 17.
  • 8 A. Sarafian, 2001 ; L. Ekmekcioglu, 2013 ; V. Tachjian, 2014 ; J. Harrelson, 2010.
  • 9 L. Sharlach, 2000, p. 101.
  • 10 E. von Joeden-Forgey, 2012.

2Eliz Sanasarian a été parmi les premières à se servir du genre comme outil d’analyse dans le cas arménien en s’intéressant aux femmes à la fois comme victimes et auteures du génocide4. Depuis, des chercheurs comme Katherine Derderian et Matthias Bjornlund se sont appuyés sur des concepts propres au genre pour montrer le caractère genré du processus génocidaire. Derderian affirme que l’idéologie genrée (ou gender ideology) a joué un rôle déterminant dès le début du génocide des Arméniens avec la séparation et le massacre des hommes5. Bjornlund, de son côté, parle plutôt de deux gendercides6 distincts – celui des hommes et celui des femmes et des enfants –, mais qui sont liés dans le cadre d’une campagne d’extermination plus large7. Récemment, de nombreux travaux se sont également intéressés aux conversions forcées à l’islam et aux viols de milliers de femmes et de jeunes filles ainsi qu’à leur réintégration dans la communauté arménienne après le conflit8. Ils ont montré que les victimes de viol doivent vivre avec la honte, la stigmatisation et même l’expulsion de leur communauté respective9. L’utilisation de concepts propres à l’étude du genre permet donc non seulement de mieux comprendre les diverses formes de souffrances, mais remet également en question la temporalité des génocides. En effet, en s’intéressant uniquement aux massacres et à la mort de masse, et en laissant de côté le caractère genré des crimes commis, on tend à oublier l’expérience des femmes en tant que victimes, expérience qui perdure bien au-delà du génocide10.

  • 11 E. Josse, 2013.

3Aussi, en conjuguant la méthode propre à l’histoire et les techniques d’analyse du discours en linguistique (notamment l’analyse informatisée et statistique du discours), nous voulons interroger les récits de témoins du génocide des Arméniens en lien avec les violences sexuées perpétrées contre les victimes. L’analyse des témoignages sur les violences sexuelles infligées aux victimes du génocide des Arméniens pose plusieurs défis. En effet, témoigner de ces violences demeure un acte éprouvant qui tient tout autant aux conditions de son énonciation qu’à celles de sa réception. La connaissance et la reconnaissance de ces violences sexuelles exposent les survivantes à une possible discrimination, voire à une stigmatisation sociale11. La peur d’une disgrâce sociale associée à la transgression des règles qui encadrent la sexualité explique, en partie du moins, les difficultés des victimes à dire les violences subies. De plus, ces violences désorganisent l’univers psychique et symbolique des victimes, tout en affectant la cohérence sociale de la communauté dans ses principaux fondements : son identité et sa survie.

4Notre étude, qui en est au stade exploratoire, ne prétend pas répondre à toutes les questions que soulève cette problématique, mais plus spécifiquement, elle vise à mieux cerner les procédés narratifs par lesquels ces témoignages présentent et représentent ce type spécifique de violences. Dans cette perspective, notre analyse porte sur le contenu énonciatif des témoignages et sur les dispositifs rhétoriques par lesquels ils représentent les violences sexuées infligées aux victimes. Comment, à l’époque, les témoignages destinés à un lectorat occidental ont mis en mots les violences sexuées à l’œuvre lors du génocide des Arméniens ?

  • 12 M. Callari Galli, C. Elefante, 2011, p. 47-68. M. Crépon, 2006, p. 27-38. M. Nichanian, 2013, p. 16 (...)
  • 13 J. Derrida cité dans M. Crépon, 2006, p. 27-29.
  • 14 M. Nichanian, 2013, p. 164.
  • 15 J. Altounian, 2005, p. 161.

5Les témoignages que nous avons retenus aux fins d’analyse ont été recueillis, traduits et publiés en français pour la majorité entre 1917 et 1920, soit au plus près de l’événement. Précisons d’emblée, qu’à l’exception du Rapport Bryce traduit de l’anglais au français, il s’agit vraisemblablement de traduction directe de l’arménien au français bien que la majorité des ouvrages retenus ne précise en rien la langue d’origine du récit. La question de la traduction du récit des survivants dans la langue de l’Autre reste posée. Question complexe à laquelle nous ne saurions répondre dans le cadre limité de cet article. Il faut toutefois noter que de nombreux chercheurs ont interrogé les difficultés liées au travail du traducteur quant à la transmission de l’expérience de la victime12. À cet égard, la réflexion de Jacques Derrida lorsqu’il s’attelle à la traduction du poème de Paul Celan Aschengloire illustre l’ambiguïté de cette posture puisqu’il affirme que nul ne peut traduire la langue du témoin alors même qu’il rend hommage aux traducteurs qui se risquent à cette tâche13. Tâche nécessaire, selon Marc Nichanian, car sans cela les documents de la catastrophe arménienne auraient été, selon ses termes, « sans valeur » puisqu’à l’époque « un témoignage publié en arménien avait peu de chance de pouvoir jouer un rôle documentaire quelconque, de faire partie de l’histoire […]14. » Dans la même perspective, Janine Altounian rappelle combien se révèle féconde la traduction du récit des témoins arméniens en langue étrangère aussi bien pour la transmission que pour la recherche15.

6Cela étant, dans le cadre de notre étude, ce sont les textes publiés en français que nous analysons dans leur état et avec leurs limites intrinsèques. Cependant, ces textes ne présentent aucune limite quant à leur analyse lexicométrique, au contraire, l’homogénéité de la langue permet une analyse plus poussée avec les dictionnaires et les lemmatiseurs du français. Composé de deux parties, notre article présente d’abord le statut des témoins et les conditions de l’énonciation et de la transmission de leur témoignage, pour ensuite proposer une analyse du matériel textuel des récits de ces témoins.

Du statut des témoins et des conditions de leur témoignage

  • 16 A. Beylérian, 1983.
  • 17 A. Beylérian, 1983, p. 506-509.
  • 18 Sur le rôle de Jaussen dans le cadre du service de renseignements français : H. Laurens, 1999.
  • 19 A. Beylérian, 1983, p. 529-532.

7Afin de répondre à notre question sur la présentation et la représentation des violences sexuées à travers les témoignages du génocide des Arméniens, nous avons retenu cinq ouvrages : James Bryce, Le traitement des Arméniens de l’Empire ottoman, 1917 ; Henry Barby, Au pays de l’épouvante. L’Arménie martyre, 1917 ; Païladzo Captanian, Mémoires d’une déportée, 1919 ; Joseph Naayem, Les Assyro-Chaldéens et les Arméniens massacrés par les Turcs, 1920 ; La Société des Dames arméniennes, Témoignages inédits sur les atrocités turques commises en Arménie, 1920. À ce corpus principal, nous ajoutons deux documents tirés des archives françaises éditées et publiées par Arthur Beylérian16. Le premier intitulé « Rapport du service des informations de la Marine dans le Levant au ministère de la Marine » présente « le témoignage d’un Arménien qui a erré une année et demie avec les émigrés17 ». Le rapport a été acheminé aux autorités françaises par le Père Antonin Jaussen18. Le second est une dépêche confidentielle en provenance de Bassora en date du 17 mars 1918 de « M. Roux, Chargé du Consulat de France en Mésopotamie, à M. Stéphen Pichon, ministre des Affaires étrangères ». Cette dépêche contient la transcription du témoignage d’une jeune arménienne du nom de Kaïané Abrahamian, déportée d’Erzeroum19. Notre corpus regroupe ainsi une série de témoignages de victimes rescapées des massacres : hommes, femmes et enfants. Ceux-ci ont été soit recueillis par un tiers, transcrits et traduits, soit rédigés par la victime et traduits en français pour un lectorat occidental. Aussi, les ouvrages composant notre corpus ne relèvent pas d’une écriture de l’intime, ce ne sont pas des journaux personnels. Bien au contraire, les conditions de leur énonciation et de leur divulgation tiennent évidemment au contexte historique de la guerre contre l’Empire ottoman et de l’après-guerre, alors que les Alliés réunis à Paris doivent décider du sort de l’empire vaincu et de celui de ses minorités, y compris des Arméniens. Dans ce cadre, ces témoignages possèdent plusieurs fonctions, celles d’informer, de divulguer et d’accuser les criminels.

  • 20 J. Bryce, 1917, p. 216-218 ; p. 247-248 ; p. 269-276 ; p. 524-528.

8Sans conteste, le plus connu parmi ces ouvrages est le Rapport Bryce, publié par le gouvernement britannique durant la Grande Guerre. Diplomate et homme politique, James Bryce est chargé de réunir une série de documents sur le massacre des Arméniens de l’Empire ottoman. Pour ce faire, il s’adjoint la participation d’un jeune historien prometteur, Arnold Toynbee. L’ouvrage paraît en anglais en 1916 et est publié en français en 1917. Le Rapport Bryce est composé principalement des récits des témoins oculaires parmi lesquels on retrouve les témoignages de victimes des massacres. Parmi ceux-ci, nous avons retenu les récits de quatre survivants qui ont initialement été publiés par différents journaux ou par le Comité américain de secours aux Arméniens et aux Syriens et que l’on retrouve dans l’édition française de 191720.

  • 21 À titre d’exemple, signalons que le quotidien canadien L’Événement publie trois articles consacrés (...)
  • 22 C’est ce que nous apprend Marc Nichanian dans sa postface à l’ouvrage de Hayg Toroyan et Zabel Essa (...)

9L’ouvrage du journaliste Henry Barby paraît lui aussi en 1917. Correspondant de guerre pour Le Journal, Barby arrive à Erzeroum en mars 1916 en provenance de Tiflis et de Sarikamish. Pendant plusieurs mois, il accompagne les troupes russes engagées contre l’armée ottomane sur le front du Caucase. Happé par les conséquences de la catastrophe qu’il découvre, il recueille et diffuse les récits des témoins des massacres qui se sont déroulés en Anatolie. Il rédige plusieurs articles qui paraissent dans Le Journal et qui sont repris par des journaux français et étrangers21. Son livre intitulé Au pays de l’épouvante contient plusieurs témoignages de victimes qu’il a recueillis et qui sont traduits par l’écrivaine arménienne Zabel Essayan22.

  • 23 Société des Dames arméniennes, 1920, p. 6.
  • 24 M. Nichanian in H. Toroyan et Z. Essayan, 2013, p. 162.

10En mai 1919, la Société des Dames arméniennes « Azkanever » offre « aux nations alliées » un recueil de témoignages inédits sur les atrocités commises contre les Arméniens « afin qu’à l’Heure solennelle, l’heure où sera accomplie l’œuvre de justice pour l’Orient, vous ayez sous les yeux la protestation jaillie du cœur de la femme arménienne »23. Leurs récits rédigés à la première personne nous sont livrés de façon réfractée par Arshagouhi Théotig, qui les a recueillis pour la Société avant qu’ils ne soient traduits par Zabel Essayan24. Toutefois, nous ne disposons que de peu d’information quant aux circonstances de leur collecte. Le récit est-il complet ? A-t-il été modifié, censuré pour les besoins de sa publication ? Nous ne pouvons répondre à ces questions. Cela étant, dans la majorité des cas sont signalés le nom du témoin, son statut et son lieu d’origine, ce qui permet un minimum d’identification. Témoins oculaires des événements, il s’agit ici de victimes qui ont survécu à la catastrophe.

  • 25 J. Naayem, 1920, p. ii.

11L’ouvrage de Jean (Joseph) Naayem, prêtre chaldéen, originaire d’Ourfa, regroupe les récits des témoins et de victimes chrétiennes de différentes régions de l’Empire ottoman (Arméniens, Assyro-Chaldéens, Grecs). Ayant perdu son père assassiné en 1915 et craignant pour sa vie, il raconte dans un chapitre de son livre comment il a réussi à échapper à ses bourreaux déguisés en Bédouin et à se réfugier à Alep. Dans sa préface, Naayem précise qu’il a transcrit et traduit « servilement » les récits des témoins rencontrés en 1919 à Alep et à Constantinople « pour ne pas porter atteinte à la valeur du document »25.

  • 26 P. Captanian, 1919, p. 5. Il s’agit donc d’un témoignage livré à la première personne – l’auteur ut (...)
  • 27 M. Bjornlund, 2009, p. 46.
  • 28 « Declaration of Intention, Pailadzou Captanian, 1921 », « Certificate of Arrival, Pailadzou Captan (...)
  • 29 Une version en arménien a été publiée en 1922 à New York.

12À l’époque en langue française, un des seuls témoignages rédigés par une femme rescapée du génocide est celui de Païladzo Captanian (Pailadjou Kaptanian, 1883-1962). L’auteur a d’ailleurs précisé les conditions de sa rédaction : à compter de l’ordre de déportation, elle avait noté dans son journal personnel les faits vécus, mais celui-ci a été détruit lors de son exil ; toutefois, « les souffrances endurées ont si profondément sillonné mon âme, et tout mon être est si plein de ce cauchemar, que je suis parvenue à le reproduire avec une exactitude satisfaisante26 ». Née à Marsovan dans une famille aisée, elle épouse un instituteur, Arakel Captanian, et donne naissance à deux garçons qu’elle confie à une famille grecque de Samsun au moment où arrive l’ordre de déportation. Commence alors un long périple marqué par les massacres, les viols et les enlèvements. Son mari Arakel est rapidement exécuté et Païladzo se retrouve seule et enceinte sur les chemins de la déportation. Par un concours de circonstances, elle réussit à échapper à ses bourreaux à Alep et, en 1919, elle retrouve ses deux enfants. L’année suivante, en janvier et février 1920, elle se rend à Constantinople où elle dépose sous serment à trois occasions son témoignage auprès du Haut Comité britannique27. Selon les documents de naturalisation que nous avons consultés28, au mois de septembre 1920, la famille se trouve en Grèce, plus précisément dans le port du Pirée, où elle embarque sur le Megali Ellas (ou Hellas) en partance pour les États-Unis. Comme tant d’autres émigrants, elle débarque à Ellis Island le 5 octobre 1920. Au cours des années suivantes, Païladzo Captanian résidera avec sa famille à New York puis en Californie où elle exercera plusieurs métiers. Traduit en français par Zabel Essayan, son témoignage est publié en 1919 à Paris29.

  • 30 M. Nichanian in H. Toroyan et Z. Essayan, 2013, p. 164.

13Les récits compris dans notre corpus s’inscrivent dans un processus de co-construction des sources puisqu’ils sont pour la plupart rapportés par des témoins tiers et médiatisés par leur traduction en français. L’objectif de cette co-construction du témoignage – transcription, traduction, publication – est bien évidemment sa transmission la plus large possible pour parvenir ainsi à « la conscience universelle » selon l’expression de Marc Nichanian30. Dans tous les cas, ces témoignages nous intéressent dans la mesure où ils livrent le récit de rescapés qui ont subi les affres et les souffrances de la déportation et qui témoignent des cruautés qu’ils ont vues et vécues au plus près de l’événement. Ces sources doivent donc nous permettre de répondre à la question posée par notre recherche.

Analyse des modalités des représentations des violences sexuées

  • 31 Logiciels développés dans le cadre du réseau européen en analyse statistique de données textuelles (...)
  • 32 Logométrie (de logos pour « discours » et métrie pour « mesure »), mesure du discours, D. Mayaffre, (...)
  • 33 D. Mayaffre, 2010, p. 22.
  • 34 Association ou attirance de deux mots dans un contexte donné : phrase, paragraphe ou contexte plus (...)

14Ainsi, ce corpus constitué de six documents (témoignages de Bryce, Barby, Captanian, Naayem, Société des Dames arméniennes, Archives françaises, soit au total 133 372 mots) a été examiné au prisme d’outils informatiques de pointe en analyse du discours. À l’aide des logiciels IRaMuTeQ, et HYPERBASE31, nous avons effectué une lecture systématique et exhaustive de ce corpus textuel grâce à la lexicométrie-logométrie32 qui marie l’exploration qualitative et l’exploitation quantitative, permettant ainsi une analyse fine des textes. Ce type d’analyse a un pouvoir descriptif impossible à l’œil nu, mais aussi un pouvoir suggestif et une valeur heuristique qui amènent à une autre vision du texte. C’est une approche inductive des données textuelles. En effet, la médiation de l’outil informatique entre le texte et le chercheur offre un recul intéressant qui permet de remonter des corpus pour bâtir des hypothèses. Ce va-et-vient entre l’analyse documentaire et l’analyse statistique dessine le parcours interprétatif du sens contenu dans ces textes. Comme le rappelle Damon Mayaffre, le sens naît en contexte et du contexte même, car un mot sans contexte n’a pas de sens33. Ainsi l’analyse de la co-occurrence34 des mots qui lie les fonctions documentaires et statistiques est le contexte minimal d’un mot, le texte entier étant le contexte maximal. Dans le cadre de ces approches, c’est à la fois le contexte et le nombre qui font sens. Nous abordons les textes et le parcours interprétatif de notre corpus avec ces logiciels de logométrie en présentant tout d’abord une cartographie de l’ensemble du corpus. Ensuite, nous regardons de plus près le témoignage de Captanian. Enfin, nous examinons le champ d’exploration des mondes lexicaux qui entourent le mot « femme » dans tout le corpus.

Cartographie générale de l’ensemble du corpus : différents types de témoins

15D’emblée, nous avons cherché à comprendre comment se situaient les textes des témoins les uns par rapport aux autres. Autrement dit, nous avons regardé les distances ou les rapprochements entre les différents récits des témoins. Pour cela, nous avons effectué, grâce au logiciel Iramuteq, une cartographie de la distance entre les textes en tenant compte de tous les mots de chaque texte (figure 1).

Figure 1 Distance lexicale entre les différents corpus

  • 35 Le graphique de la distance lexicale est une carte qui représente géographiquement les textes, la d (...)

16Ce graphique représente la distance lexicale35 entre les différents témoignages. L’information la plus importante qui ressort du facteur 1 (axe horizontal) est la séparation ou la distance entre les témoins qui écrivent à la première personne leur propre expérience de survivant (Captanian et Naayem qui se situent à droite du graphique) et qui s’opposent à ceux dont les témoignages sont rapportés par un tiers (Barby, Archives françaises, Société des Dames arméniennes, Rapport Bryce qui se situent à gauche du graphique). Néanmoins, dans ces deux groupes, le facteur 2 (axe vertical) propose des distinctions. D’une part, il sépare Captanian de Naayem (droite du graphique) et, d’autre part, Barby du groupe Rapport Bryce, Archives françaises et Société des Dames arméniennes (gauche du graphique). À cette carte de la distance, Iramuteq ajoute la carte (AFC) de la distribution des mots spécifiques à chaque groupe (figure 2 ci-dessous).

Figure 2 Analyse factorielle de correspondance (AFC) des mots spécifiques à chaque groupe de témoins

17En effet, tel que le montre l’AFC des mots spécifiques à chaque groupe, les discours du groupe formé par Captanian-Naayem (à droite du graphique) se distinguent de l’autre groupe (gauche du graphique) par une surutilisation des pronoms à la première personne : je, me, moi, mon, mes nous, notre. Cela indique que l’énonciateur est au centre de son espace interlocutoire, c’est ce qu’on appelle la rétroréférence. Tandis que le groupe des témoins tiers se caractérise au niveau du lexique par des termes qui contextualisent les témoignages (à gauche du graphique) : les noms propres de lieux, de personnes, les titres, des termes de quantité (dates, chiffres, adverbes). Ces stratégies démontrent une forme de mise à distance par rapport aux événements relatés, autrement dit, une position de locuteur qui rapporte les récits. Néanmoins, bien que Captanian et Naayem se spécifient en sujets parlants, le propos référentiel de Captanian se situe plus directement dans son univers discursif uniquement, alors que Naayem recourt aussi à des témoins tiers dans son livre. Aussi, l’analyse des mots et phrases spécifiques de chaque témoin avec Hyperbase nous permet de relever le fait que le récit de Naayem se distingue également et sans surprise par la narration concernant le traitement des Assyro-Chaldéens. En effet, il est quasiment le seul à parler du traitement infligé à ceux-ci. Pour sa part, Barby, se différencie par son style d’enquête journalistique, ses descriptions documentaires précises et lyriques des lieux parcourus (architecture, culture, histoire) et des faits. En somme, cette analyse montre la place respective de ces témoignages en fonction d’une écriture à la première personne ou rapportée par un tiers, ce qui confirme ce que nous avions déjà établi sur nos témoins et leur témoignage. Dans la partie suivante, nous nous sommes intéressées au témoignage le plus rétroréférencé de notre corpus, à savoir celui de Captanian.

Païladzo Captanian : témoigner en tant que femme de la souffrance de toutes les femmes

Cartographie générale du témoignage de Captanian

18Les Mémoires de Captanian représentent une source unique dans notre corpus puisqu’ils ont été rédigés à la première personne par une survivante de la catastrophe et non pas rapportés (retranscrits) par un témoin tiers. De plus, l’auteure retrace l’ensemble de son parcours, de l’ordre de déportation jusqu’à son sauvetage à Alep dans un ouvrage d’un peu plus de 140 pages. Nous avons exploré plus avant son récit en procédant d’abord à une cartographie générale de son texte. Réalisé avec le logiciel Iramuteq, le graphique ci-dessous (figure 3) présente le poids des mots de son récit. D’emblée, nous constatons que le mot « femme » est le centre de gravité de la figure, il est au cœur même de ce témoignage. C’est un récit de femme qui parle de son expérience personnelle en tant que femme, mais aussi de l’expérience collective des femmes durant les événements qu’elle relate.

Figure 3 Nuage de mots : les termes centraux dans le témoignage de Captanian

19Toujours au centre du nuage, on retrouve le couple « femme et enfant » intimement lié, mais aussi déchiré par le drame qui se joue sur les routes de l’exil : les termes « enlever », « jeter », « perdre », « arracher », « crier », « pleurer », « larme », « douleur » témoignent de cette détresse. À ce couple initial composé des femmes et des enfants, se greffe un autre acteur, le « gendarme », celui qui, partout et toujours, les accompagne et les tourmente. Entre le gendarme et ses victimes s’institue dans la « souffrance » une relation violente comme en témoignent les mots « battre », « coup », « frapper ». Ces acteurs forment ainsi un triangle funeste au cœur des caravanes de la mort.

  • 36 Un monde lexical est un ensemble de mots qui représente un univers de discours, un point de vue par (...)

20La figure 3 nous donne ensuite à voir les termes de « direction », « aller », « passer », « arriver », « suivre », « rester », « éloigner », « approcher », « venir », « marcher », « caravane », « charrette », « route », « montagne », « terre » et « rivière ». Ceux-ci dessinent un espace dans lequel s’insèrent les acteurs et les événements et forment la trame temporelle et géographique du récit. Captanian livre ainsi un témoignage sur l’arrachement, la perte et l’expulsion vers une destination inconnue. Ces mots rendent compte du déracinement et de l’errance. Cette première approche du témoignage de Païladzo Captanian illustre ainsi l’expérience centrale d’une femme, d’une mère frappée par le malheur sur les routes de la déportation. C’est aussi le récit d’une expérience partagée par l’ensemble des déportés, surtout les femmes et les enfants, martyrisés par leurs bourreaux ici incarnés par la figure du gendarme. C’est à la fois la dimension individuelle mais aussi collective de l’expérience de la déportation, dont veut témoigner Captanian. Nous avons voulu aller un peu plus loin et étudier les mondes lexicaux36 qui construisent son récit.

Classes thématiques et mondes lexicaux chez Captanian

  • 37 H. Rouré, M. Reinert, 1993, p. 573.
  • 38 Iramuteq reproduit la méthode de classification décrite par M. Reinert 1983 et 1990 (classification (...)

21Comment le vocabulaire mobilise-t-il et définit-il les thématiques contenues dans le discours de Captanian ? Comme l’affirment les chercheurs Rouré et Reinart : « Le locuteur au cours de son énonciation investit des mondes propres successifs et ces lieux, en imposant leurs objets, imposent du même coup leur type de vocabulaire. En conséquence, l’étude statistique de la distribution de ce vocabulaire devrait permettre de retrouver la trace des “environnements mentaux” que le locuteur a successivement investis, trace perceptible sous forme de “mondes lexicaux” »37. L’analyse de la classification automatique de l’ensemble du vocabulaire des Mémoires de Captanian avec Iramuteq38 regroupe les mots du lexique de son récit autour de six classes ou mondes lexicaux qui le constituent (figure 4).

Figure 4 Mondes lexicaux du témoignage de Captanian

22En effet, le témoignage de Captanian peut être décrit par ces six classes qui gravitent autour de six mots pôles : « enfant-pauvre », « arrêter », « livre-famille », « argent-lettre », « soleil-cri-fouet » et « caillou-jeter ». La figure 5 ci-dessous nous donne le détail des mots les plus spécifiques de ces six classes ou mondes lexicaux.

Figure 5 Les mots représentatifs des six classes du témoignage de Captanian

23Ainsi, la classe 1 qui regroupe les termes : « pleurer », « enfant », « mère », « consoler », « larme », « sang », « mort », « abandonner », « tomber », etc., est celle de l’expression des sentiments et de la douleur. Il est intéressant de noter que c’est la classe la plus importante qui représente (20,5 % du récit). La classe 2 qui comprend les mots : « caillou », « provision », « matelas », « vêtement », couverture », « cadavre », « étendre », « réduire », « ramasser », « jeter », etc., illustre quant à elle les conditions matérielles dans lesquelles s’effectue la déportation. La classe 3 constituée des mots : « gendarme », « soleil », « caravane », « cri », « succomber », « fouet », « coup », « frapper », « marcher », « montagne », « enlever », etc., révèle la souffrance extrême des déportés le long des routes de l’exil et représente la deuxième classe la plus importante (19,8 %). La classe 4 qui contient les mots : « livre » (ce mot désigne dans le récit la monnaie turque), « turc », « arménien », « famille », « exil », « déporté », « service », « apprendre », « déportation », « conduire », « présenter », « ville », etc., est la classe de la communication et des échanges – de services monétaires – dans le contexte de la déportation. Elle représente la troisième classe la plus importante (18,1 %). La classe 5 qui inclut les mots : « répondre », « arrêter », « descendre », « demander », « accompagner », « subitement », « voiture », « maison », « écurie », « enfuir », etc., renvoie à l’ordre de déportation, à l’obligation de quitter sa maison, à l’exil et à la fuite. La classe six qui réunit les mots : « argent », « accepter », « lettre », « valeur », « bijoux », « hospitalité », « ressource », « sûreté », « Constantinople », « Simonian », « pièce », etc., illustre les stratégies requises pour survivre à la déportation, stratégies qui s’appuient sur les ressources matérielles, mais aussi sur la mobilisation de réseaux et sur l’hospitalité de la famille et des amis. Ainsi, les mondes lexicaux (figures 4 et 5) révèlent une structuration du récit de Captanian autour des sentiments et de la douleur, des conditions matérielles dans lesquelles s’effectue la déportation, de la souffrance extrême subie sur la route de l’exil et des stratégies de survie. On y retrouve aussi les moyens de contacts et de communication, notamment pour les échanges monétaires et de services, les demandes d’aide, ainsi que des conditions de l’ordre de déportation.

24Les premières analyses du récit de Captanian confirment qu’il s’agit bien d’un récit centré sur les tourments quotidiens d’une femme et d’une mère touchée comme les autres femmes par les horreurs de la déportation. Que dit-il plus spécifiquement des femmes et des mères ? Nous allons examiner plus avant les termes associés aux mots « femmes » et « mère ».

Femmes affligées, mères désespérées, enfants abandonnés

25La figure 6 ci-dessous dévoile les mots associés à celui de « femme ».

Figure 6 Nuage de mots autour du terme femme dans le témoignage de Captanian

  • 39 P. Captanian, 1919, p. 137.
  • 40 Ibid., p. 60.

26Dans ce nuage d’associations réalisé avec Iramuteq, on retrouve, entre autres, les mots « caravane », « charrette » « marcher », « arriver », « eau », « coup », « malheur », « attaquer », « fouet », « bâton », « entasser », « feu », « faim », « crier », « tête », « saisir », « enlever », « monter » « escalader », « sommet », « lamentation » et « soleil ». Mais le mot dont le lien est le plus fort est celui de gendarme. Nous avons ici une dichotomie homme-femme qui oppose le gendarme (homme), figure de pouvoir, à la femme, victime sans défense. Dans son témoignage, Captanian rappelle combien les Arméniens ont été naïfs de penser que les gendarmes étaient là pour les protéger contre d’éventuels criminels : « Les autorités n’avaient-elles pas dit aux notables que les déportations seraient protégées par les gendarmes […], mais les massacres n’en ont pas moins eu lieu39 ». Se déplaçant souvent à cheval le long des caravanes, leur présence lancinante impose aux déportés un rythme infernal que plusieurs ne peuvent tenir même sous le fouet : « […] les gendarmes manquaient rarement l’occasion de leur allonger des coups de fouet lorsqu’ils restaient trop en arrière »40. De nombreux mots associés à celui de femme tels « marcher », « frapper », « coup », « lamentation », « cri », « fouet » et « tête » rendent compte des difficultés de toutes sortes rencontrées sur les routes par les convois des déportées. L’auteure a d’ailleurs donné une image saisissante de ces caravanes. Elle écrit :

  • 41 Ibid., 1919, p. 87.

Pendant ces horribles journées un bruit monotone montait de la caravane pareil au bruissement d’un essaim d’abeilles. C’était le concert de pleurs, des gémissements, des lamentations de cette foule martyrisée. Cette tragique rumeur nous enveloppait, emplissant l’espace, se répercutait dans les vallées et jusqu’aux montagnes lointaines. Je l’aurai éternellement dans l’oreille cette plainte d’un peuple agonisant.41

27Aussi, fortement lié au mot femme, on trouve le mot « eau » qu’on ne peut dissocier de « soleil ». En effet, les deux permettent de saisir, dans un raccourci fulgurant, les conditions de la déportation vers les régions désertiques de l’Empire ottoman, ainsi que la souffrance intense imposée aux victimes assoiffées. Quant à la figure 7 ci-dessous réalisée avec Iramuteq, elle représente les mots associés à celui de « mère ».

Figure 7 Nuage de mots autour du terme mère dans le témoignage de Captanian

  • 42 P. Captanian, 1919, p. 109.
  • 43 P. Captanian, 1919, p. 50.

28Tel que le montre cette figure, la relation première au mot mère est le mot enfant. Mère courage, mais surtout mère désespérée puisque les autres termes les plus fortement associés sont : « pleurer », « abandonner », « tomber », « sauver », « consoler », « mort », « peine », « larme », « bras », « tendresse ». Captanian, qui a confié ses deux enfants à une famille grecque au moment de la réception de l’ordre de déportation, dépeint à plusieurs reprises la douleur des mères à qui on a enlevé leurs enfants. Ainsi, dans un campement près d’Alep, elle rapporte les propos d’une femme qui « racontait comment les Turcs avaient emporté les enfants de sa caravane en les choisissant à partir de l’âge de 15 ans pour les envoyer on ne savait où. On lui avait arraché le sien en dépit de ses larmes et d’une résistance désespérée »42. À de nombreuses reprises, Captanian a été témoin des souffrances des mères suite à ces enlèvements : « Ici c’est une mère qui pleure éperdument la fille qu’on lui a enlevée. Là une jeune femme ne peut se consoler de la perte d’un enfant de quatre ans disparu dans une razzia »43.

  • 44 H. Fein, 1999, p. 43.

29À n’en pas douter, ces événements rapportés par Captanian rendent compte de la volonté d’éliminer le groupe en s’appropriant ses descendants44. Le récit de Captanian est donc celui d’une mère, certes, mais d’une mère qui reste souvent silencieuse sur sa propre maternité. En effet, dans son récit de la déportation, il n’est à peu près pas question de ses fils laissés à Samsun ni de l’enfant qu’elle porte. Comment expliquer ce silence ? Aurait-elle préféré garder une certaine distance entre les événements dont elle est témoin et le sort de ses enfants ?

30Lors de leur publication en France en 1919, les Mémoires de Captanian représentent un témoignage précieux pour la connaissance du massacre des Arméniens et plus précisément en ce qui concerne la condition des centaines de milliers de femmes déportées. D’autres témoins ont aussi abordé cet aspect central du génocide de la population arménienne des vilayets orientaux – à savoir l’élimination des hommes puis la déportation des femmes et des enfants. Toutefois, ces récits des victimes ne sont pas toujours rédigés par les survivants, mais rapportés par un témoin tiers. C’est ce que nous allons maintenant aborder à partir de l’ensemble des témoignages de notre corpus.

Femmes violées, hommes assassinés : une analyse de l’ensemble du corpus

31Dans le cadre de notre étude, il nous a semblé utile et pertinent de mettre le témoignage de Captanian en perspective avec les récits de victimes qui se situent dans la même configuration testimoniale, soit au plus près de l’événement. Nous avons donc analysé avec le logiciel Hyperbase les termes associés au mot « femme » dans l’ensemble de notre corpus (figure 8 ci-dessous).

Figure 8 Monde lexical du terme femmes dans l’ensemble du corpus

32La figure 8 montre que le mot « femmes » est principalement associé aux termes « enfant », « homme », « maris », « arménien », « jeune » et « fille ». On y retrouve également les termes de « gendarmes », « caravane », « violer », « violèrent », « épuisés », « enleva », « emmenèrent », « perdre », « laissa », « folie », « colonne », « nudité », etc. À la lecture de ces mots en contexte, on s’aperçoit que l’appartenance de sexe joue un rôle central dans les violences subies. Les récits des rescapés concordent : les hommes sont séparés des femmes et ils sont rapidement exécutés. C’est ainsi que Kaïané Abrahamian, une jeune fille d’Erzeroum rescapée des massacres, dont le témoignage a été recueilli en 1918 par le lieutenant français Poidebard, raconte cette séparation :

  • 45 M. Roux, 1918, dans A. Beylérian, 1983, p. 530.

Après quelques jours nous arrivâmes à Khemar où tous les hommes furent pris […]. Dans cet endroit les jeunes gens furent emmenés sur une montagne et tout à coup nous entendîmes des coups de fusil, nous ne sûmes jamais ce qui était arrivé, nous pleurions à fendre l’âme.45

33Dans le rapport transmis par le Père Jaussen au ministère de la Marine française qui rapporte les propos d’un Arménien témoin des événements, le constat est sans appel :

  • 46 « Rapport du service des informations de la Marine dans le Levant au ministère de la Marine », 1918 (...)

Si dans ces réalités amères il y a une vérité claire comme le jour, c’est que les quatre-vingts pour cent des survivants de la catastrophe sont des femmes âgées et des enfants dont une grande partie est encore condamnée à périr ; les mâles sont fauchés.46

  • 47 J. Bryce, 1917, p. 269-270.
  • 48 Société des Dames arméniennes, 1920, p. 25.
  • 49 P. Captanian, 1919, p. 20. Société des Dames arméniennes, 1920, p. 29. J. Naayem, 1920, p. 115.

34En ce qui concerne le récit des cruautés infligées aux hommes, les témoins attestent des bastonnades et des tortures par lesquelles on leur arrache les ongles, les cheveux et la barbe47. Ces mutilations entraînent bien souvent la mort comme le rapporte la jeune Nounis Dilochlian : « Devant mes yeux les Turcs arrachèrent le nez de mon beau-frère avec des tenailles, il tomba mort »48. Néanmoins, soulignons le fait que, bien souvent, les victimes admettent ne rien savoir du sort réservé aux hommes, même si la majorité estime qu’ils sont morts. Cette angoisse liée à la séparation et au destin réservé à la population masculine contribue à la terreur qui s’installe peu à peu chez les femmes et les enfants déportés49.

  • 50 L. Kuper, 1982, p. 112.
  • 51 J. Harrelson, 2009-2010, p. 178.
  • 52 Société des Dames arméniennes, 1920, p. 35.
  • 53 Par exemple : J. Naayem, 1920, p. 113, 117-118, 129. J. Bryce, 1916, p. 272. H. Barby, 1917, p. 82.
  • 54 P. Captanian, 1919, p. 37.
  • 55 M. Bjornlund, 2009, p. 25. Faits également rapportés par E. Sanasarian, 1989, p. 452.
  • 56 V. Tachjian, 2009, p. 74.

35Comme le montrent les figures 6, 7 et 8, le traitement imposé aux femmes et aux enfants est souvent au cœur du récit de la déportation. En 1982, le sociologue Leo Kuper décrivait la déportation de milliers d’Arméniennes comme une nouvelle méthode de massacre spécifique exercée contre les femmes50. C’est qu’aux souffrances liées aux marches forcées imposées aux déportés, il faut ajouter les viols, les enlèvements et les cruautés physiques infligées aux femmes51. Autour de la question des viols et des enlèvements, Captanian consacre plus particulièrement deux chapitres de son ouvrage. Le premier porte le titre « Où commencent les vols et les viols officiels », le deuxième s’intitule « Attaques féroces, vols et viols ». D’emblée, précisons que cette expression « viols officiels » désigne, chez Captanian, le mariage forcé des jeunes filles avec leurs ravisseurs. D’ailleurs, tous les témoignages concordent : les enlèvements et les mariages forcés frappent les convois dès les premiers jours de la déportation. Dans le recueil de la Société des Dames arméniennes, on peut lire le récit de Yéranik Saraphian, mariée de force à un officier turc52. Il faut aussi noter que ce sont d’abord les jeunes filles célibataires qui sont l’objet de la convoitise des ravisseurs53. Il s’agit bien sûr d’épouser les femmes les plus convoitées, c’est-à-dire les plus belles et les vierges. Puis, ensuite, ce sont les jeunes femmes qui sont enlevées. D’ailleurs, craignant pour sa sécurité, Captanian raconte qu’elle cherche à s’enlaidir en s’enduisant la figure de terre54. Selon Matthias Bjornlund, il s’agit là d’une stratégie de survie répandue chez les femmes arméniennes. En effet, plusieurs mères salissent le visage de leurs filles pour les rendre peu attrayantes aux yeux des bourreaux. D’autres se coupent les cheveux pour ressembler à un homme ou encore mettent des produits dans leurs yeux pour paraître aveugles55. Si la vie de ces filles et de ces femmes est parfois sauvée par le mariage forcé, c’est bien sûr au prix de l’éradication de « l’identité arménienne » par l’abjuration de leur foi et l’abandon de leur culture. Des recherches récentes ont d’ailleurs montré que les femmes arméniennes victimes des mariages forcés sont doublement victimes du génocide56. D’une part, ces femmes ont été témoins des horreurs de la déportation comme l’atteste la présence dans les graphiques 6 et 8 des mots associés tels « violer », « violèrent », « enlever », « emmenèrent ». Plusieurs ont été forcées de se prostituer ou d’épouser contre leur gré un musulman et d’abandonner leur identité arménienne. Ainsi, en est-il de Yéranik Saraphian qui raconte :

  • 57 Société des Dames arméniennes, 1920, p. 35-36.

Un officier turc me prit à son service et m’emmena à Constantinople. En route on me força d’abjurer ma religion, on me donna le nom musulman, Loutfié. L’officier bourreau avec qui je fus forcée de me marier après maintes résistances inutiles, se nomme Saïd Effendi.57

  • 58 Ce phénomène est aussi attesté dans le cadre du génocide des Tutsi du Rwanda : E. Mukakayumba, 1995 (...)
  • 59 Société des Dames arméniennes, 1920, p. 26.
  • 60 J. Naayem, 1920, p. 121.
  • 61 J. Bryce, 1917, p. 216.

36D’autre part, elles sont hantées par la culpabilité et par l’idée d’être isolées, ou pire encore rejetées, par leur famille et leur communauté. Plus la déportation se prolonge et plus le nombre de filles et de femmes soumises au viol augmente ainsi que s’accroissent les cruautés58. Parmi de nombreux témoignages, celui de Victoria Aïvazian est sans doute le plus explicite puisqu’elle raconte le viol collectif d’une jeune arménienne, Aghavnie Khatchougian, agressée en une seule nuit par une douzaine d’Arabes59. Dans son témoignage, un ancien soldat arménien du nom de Saghérian fait état de nombreuses jeunes filles livrées par les déportés désespérés à la soldatesque60. Le rapport Bryce rapporte les propos d’une rescapée qui raconte que des fillettes de 8 à 10 ans étaient violées et que, ne pouvant plus marcher à la suite de cette agression, elles étaient fusillées61.

  • 62 « Rapport du Service des Informations de la Marine dans le Levant au Ministère de la Marine », 1918 (...)
  • 63 Société des Dames arméniennes, 1920, p. 19-20.
  • 64 M. Bjornlund, 2009, p. 13. H. Fein, 1999, p. 45.

37À la lecture des mots associés à « femme », nous constatons que les témoins usent des mots « honneur » et « déshonneur » pour décrire la résistance des femmes à ces actes. En pareil cas, leur lutte apparaît comme « héroïque » même si elle est souvent désespérée : « la violation de l’honneur de la femme arménienne par les Kurdes et les Arabes afin d’assouvir leurs instincts les plus brutaux constituent l’une des scènes les plus terribles de cette tragédie »62. D’autres formes de cruauté sont décrites par les témoins. L’amputation des seins, l’empalement – comme dans le récit halluciné d’un orphelin de douze ans, Boghos Dilavarian : « sur un tronc d’arbre qu’on avait effilé comme une pique, une femme était empalée. La vue de cette suppliciée était terrifiante »63 – ainsi que l’éventrement des mères pour en extraire le fœtus sont autant de cruautés associées à la féminité et à la reproduction64.

  • 65 « Rapport du service des informations de la Marine dans le Levant au ministère de la Marine », 1918 (...)

38Les humiliations publiques infligées aux femmes sont nombreuses. Comme le donnent à voir les figures 6 et 8, la nudité dans laquelle les déportées sont souvent abandonnées frappe tout particulièrement les témoins65. C’est ainsi qu’à Alep, Captanian rencontre des déportées de Tokat et de Sivas qui ont fait partie d’une grosse caravane de plus de 700 femmes. Les survivantes lui ont raconté que les gendarmes les avaient forcées à se dévêtir et qu’elles avaient marché complètement nues pendant dix jours sous le soleil mésopotamien :

  • 66 P. Captanian, 1919, p. 130.

Elles marchèrent sous la risée et les sarcasmes des passants. […] Il est superflu de dire ce que fut cette détresse morale et physique, sans exemple dans l’histoire de la Barbarie. Cette caravane avait un nom, celle des Tchiblak Barhana (la colonne des nudités).66

  • 67 K. Derderian, 2005, p. 8.
  • 68 E. Sanasarian, 1989, p. 453. B. Guerzoni, 2016, p. 76.

39Comme le souligne Katharine Derderian, l’état de nudité contribuait à la déshumanisation des femmes aux yeux des gendarmes et plus généralement de la population. Elle diminuait leurs chances de survie et représentait une attaque directe à leur intégrité physique67. Le marquage par le tatouage du visage et du corps des femmes mariées de force constitue une autre forme d’humiliation et d’appropriation du corps des victimes68. Ces mises en scène, dont les témoignages sont l’écho, ont comme finalité la stigmatisation des victimes et l’appropriation de leurs corps par le bourreau.

40Face à ces situations extrêmes, plusieurs femmes sombrent dans la folie (mot « folie » associé à « femmes », figure 8). Conséquence directe du désespoir, de la peur et de l’épuisement, la folie frappe particulièrement celles qui sont témoins ou victimes d’un choc violent physique ou psychologique. Le déchirement du tissu familial, la mort des êtres chers ainsi que l’effroi et la souffrance suite à ces événements entraînent parfois les mères à commettre un acte insensé et à tuer leurs enfants en les jetant par exemple dans un fleuve.

  • 69 D. Miller, L. Miller, 1993, p. 94.
  • 70 E. Sanasarian, 1989, p. 451.
  • 71 J. Bryce, 1916, p. 217.
  • 72 M. Roux, 1918, dans A. Beylérian, 1983, p. 531.

41Donald et Lorna Miller, qui se sont intéressés aux répercussions psychologiques du génocide, expliquent que les mères sont souvent confrontées à des choix impossibles69. Impuissantes devant les bourreaux et ne pouvant protéger leurs enfants des misères de la déportation, certaines mères sombrent dans le délire, d’autres abandonnent leurs petits le long des routes ou les jettent dans les eaux de l’Euphrate70. C’est ce que raconte une déportée dont le récit apparaît dans le Rapport Bryce : « Beaucoup de mères perdirent la raison et laissèrent tomber leurs enfants au bord de la route71 ». De façon similaire, Kaïané Abrahamian explique qu’alors que la moitié de sa famille a été décimée, « la fille de ma tante, la femme de Krikor, devint folle et dans sa folie jeta un de ses enfants dans le fleuve […] »72. Les exemples de ce genre sont nombreux dans les témoignages de victimes et montrent toute l’ampleur des violences que doivent vivre les femmes arméniennes.

*

42En 1917, le journaliste Henry Barby qui a recueilli les témoignages des rescapés des massacres de 1915-1916, s’interroge sur le sort dramatique des femmes arméniennes victimes de violences extrêmes perpétrées contre elles lors de la déportation :

  • 73 H. Barby, 1917, p. 82.

Comment décrire les tortures subies par les femmes arméniennes ?
Les hommes furent moins à plaindre. Massacrés presque immédiatement, ils n’eurent pas longtemps à souffrir, mais les femmes, les mères !... Y a-t-il dans le monde d’autres femmes, d’autres mères qui aient jamais enduré un martyre comparable au leur ?73

43À l’instar de nombreux témoins, Barby tente de rendre compte du crime à proprement parler extraordinaire commis contre les Arméniens, en insistant sur un de ses éléments caractéristiques, à savoir le traitement distinctif réservé d’une part aux hommes rapidement massacrés et, d’autre part, aux femmes et aux enfants déportés dans des conditions inimaginables vers les déserts syriens et mésopotamiens.

44Notre étude exploratoire des violences genrées ne prétend pas apporter de nouvelles preuves attestant du caractère sexué des violences à l’œuvre lors du génocide des Arméniens. Plus spécifiquement, elle visait à cerner, les termes et les procédés narratifs par lesquels les victimes ont présenté et représenté ce type de violences à la fois physique et psychologique dans leur témoignage. C’est d’abord avec le récit personnel d’une déportée, Païladzo Captanian, que nous avons exploré cette thématique. Aussi, les analyses menées avec les logiciels Iramuteq et Hyperbase attestent du fait qu’il s’agit d’un récit de femme centré sur une expérience féminine de la déportation. Les graphiques issus de ces analyses offrent la vision d’une femme marquée par les exactions qu’elle a subies, mais aussi par celles collectivement infligées aux femmes, aux jeunes filles et aux enfants dont elle porte témoignage. Qu’il nous suffise ici de regarder à la périphérie du nuage de mots associés à celui de femme (figure 6) et de prendre un terme, par exemple « douleur », puis de poursuivre en spirale la lecture des suivants pour y retrouver des mots tels que « vexation », « rivière », « fouet », « enceinte », « colonne », « cri », « entassés », « feu », « coup ». Nous obtenons ainsi d’un coup d’œil le lexique des souffrances collectives des déportées. Or, nos analyses réalisées à l’aide des outils d’analyse de données textuelles ont montré que des termes comme « cri » et « lamentations » sont importants dans le récit de Captanian, parce que c’est ainsi qu’elle représente la souffrance collective des femmes. En effet, chez Captanian, la souffrance ne s’inscrit pas seulement dans les corps ; elle se répercute en un écho cruel dans les paysages désolés et tourmentés où circulent les caravanes. Ce procédé narratif, par lequel les tourments des déportés sont représentés par des sons, des sensations qui sont au-delà ou peut-être en deçà de la parole, distingue le récit de Captanian des autres témoignages du corpus.

45En confrontant son témoignage rédigé à la première personne à celui des autres survivants qui sont rapportés par des témoins tiers, nos analyses ont souligné les similitudes, mais aussi les différences entre les récits, y compris en ce qui a trait aux violences sexuées. En effet, les récits portant sur les humiliations physiques (par exemple la nudité), les viols et les enlèvements des femmes et des jeunes filles sont communs à tous les témoignages. En revanche, c’est surtout à travers les récits rapportés par des tiers que les tortures et les sévices sexuels comme les amputations et le marquage des corps sont présents dans notre corpus. D’ailleurs, nos analyses attestent que leur narration procède d’une différenciation sexuée puisque si certaines cruautés infligées aux hommes sont évoquées, la description des violences à proprement parler sexuelles concerne essentiellement les femmes et les jeunes filles. À terme, l’analyse des témoignages de notre corpus confirme que si la violence marque individuellement les victimes, c’est d’abord en tant que membre d’un groupe qu’elles la subissent, nous sommes donc ici au cœur de la nature même du génocide.

Haut de page

Bibliographie

Altounian Janine, L’intraduisible. Deuil, mémoire, transmission, Paris : Dunod, 2005.

Barby Henry, Au pays de l’épouvante. L’Arménie martyre, Paris : Albin Michel, 1917.

Benzécri Jean-Paul (dir.), Pratique de l’analyse de données, linguistique et lexicologie, vol. 3, Paris : Dunod, 1981.

Bethke Elshtain Jean, Women and War, New York : Basic Books, 1987.

Beylérian Arthur, Les Grandes puissances, l’Empire ottoman et les Arméniens dans les archives françaises : 1914-1918, Paris : Publications de la Sorbonne, 1983.

Bjornlund Matthias, « A Fate Worse Than Dying : Sexual Violence During the Armenian Genocide », in Dagmar Herzog (dir.), Brutality and Desire: War and Sexuality in Europe’s Twentieth Century, Londres, New York : Palgrave MacMillan, 2009, p. 16-58.

Bryce James, Le traitement des Arméniens dans l’Empire ottoman (1915-1916), Laval : Imprimerie G. Kavanagh, 1917.

Callari galli Matilde et elefante Chiara, « Introduction », in Danielle Londei et Matilde Callari Galli (dir.), Traduire les savoirs, Berne : Peter Lang, 2011, p. 47-52.

Captanian Païladzo, Mémoires d’une déportée, Paris : Flinikowski, 1919.

Crépon Marc, « Traduire, témoigner, survivre », Rue Descartes, no 52, 2006, p. 27-38.

Derderian Katherine, « Common Fate, Different Experience: Gender-Specific Aspects of the Armenian Genocide, 1915-1917 », Holocaust and Genocide Studies, vol. 19, no 1, Spring 2005, p. 1-25.

Ekmekcioglu Lerna, « A Climate for Abduction, a Climate for Redemption: The Politics of Inclusion during and after the Armenian Genocide », Comparative Studies in Society and History, vol. 55, no 3, July 2013, p. 522-553.

Ellman Mary, Thinking About Women, New York, Harcourt : Brace and World, 1968.

Enloe Cynthia H., Does Khaki Become You? The Militarisation of Women’s Lives, Boston : South End Press, 1983.

Fein Helen, « Genocide and Gender: The use of women and group destiny », Journal of Genocide Research, vol. 1, no 1, 1999, p. 43-63.

Guerzoni Benedetta, « A Christian Harem: Ravished Armenia and the Representation of the Armenian Women in the International Press », in Joceline Chabot, Richard Godin, Stefanie Kappler, Sylvia Kasparian (dir.), Mass Media and the Genocide of the Armenians. One Hundred Years of Uncertain Representation, Londres : Palgrave Macmillan, 2016, p. 51-84.

Harrelson Jeremiah, « Genocide and the Rape of Armenia », University of St. Thomas Journal of Law and Public Policy, vol. 4, 2009-2010, p. 163-180.

Joeden-Forgey Elisa von, « Gender and the Future of Genocide Studies and Prevention », Genocide Studies and Prevention, vol. 7, no 1, 2012, p. 89-107.

Josse Evelyne, « Violences sexuelles dans les conflits armés, confluences avec la torture », in Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT), Analyse du phénomène tortionnaire. Un monde tortionnaire. Rapport ACAT, 2013, p. 273-280.

Kévorkian Raymond, Le génocide des Arméniens, Paris : Odile Jacob, 2006.

Kuper Leo, Genocide: its Political Use in the Twentieth Century, New Haven : Yale University Press, 1982.

Laurens Henry, « Jaussen et les services de renseignements français (1915-1919) », in Geraldine Chalelard, Mohammed Tarawneh (éds.), Antonin Jaussen, sciences sociales occidentales et patrimoine arabe, Beyrouth : Presses de l’Ifpo, 1999, p. 23-35.

Mayaffre Damon, Vers une herméneutique matérielle numérique. Corpus textuels, Logométrie et Langage politique, mémoire pour l’HDR, université de Nice Sophia-Antipolis, 2010.

Miller Donald P. et Miller Lorna T., Survivors: An Oral History of the Armenian Genocide, Berkeley, Los Angeles, Londres : University of California Press, 1993.

Mukakayumba Edith, « Rwanda : la violence faite aux femmes en contexte de conflit armé généralisé », Recherches féministes, vol. 8, no 1, 1995, p. 145-154.

Naayem Jean, Les Assyro-Chaldéens et les Arméniens massacrés par les Turcs, Paris : Bloud et Gay, 1920.

Nichanian Marc, « Postface. La voix et la plume », in Hayg Toroyan et Zabel Essayan, L’Agonie d’un peuple, Paris : Classiques Garnier, 2013, p. 143-198.

Reinert Max, « Une méthode de classification descendante hiérarchique : application à l’analyse lexicale par contexte », Cahiers de l’analyse des données, vol. 8, no 2, 1983, p. 187-198.

Reinert Max, « Une méthode de classification des énoncés d’un corpus présentée à l’aide d’une application », Cahiers de l’analyse des données, vol. 15, no 1, 1990, p. 21-36.

Reinert Max, « Les mondes lexicaux et leur logique à travers l’analyse statistique d’un corpus de récits de cauchemars », Langage et société, vol. 66, 1993, p. 418-428.

Roure Hélène, Reinert Max, « Analyse d’un entretien à l’aide d’une méthode d’analyse lexicale », Actes des secondes Journées internationales d’analyse de données textuelles, Paris : École nationale supérieure de télécommunications, 1994, p. 418-428.

Sanasarian Eliz, « Gender Distinction in the Genocidal Process: A Preliminary Study of the Armenian Case », Holocaust and Genocide Studies, vol. 4, no 4, 1989, p. 449-461.

Sarafian Ara, « The absorption of Armenian women and children into Muslim households as a structural component of the Armenian genocide », in Omer Bartov et Phyliss Mack (dir.), In God’s name: genocide and religion in the twentieth century, New York : Berghahn Books, 2001, p. 209-221.

Sharlach Lisa, « Rape as Genocide: Bangladesh, the Former Yugoslavia, and Rwanda », New Political Science, vol. 22, no 1, 2000, p. 89-102.

Société des Dames arméniennes, Témoignages inédits sur les atrocités turques commises en Arménie, Paris : Imprimerie Dubreuil, Prérebeau et Cie, 1920.

Tachjian Vahé, « Gender, nationalism, exclusion: the reintegration process of female survivors of the Armenian genocide », Nations and Nationalism, vol. 15, no 1, 2009, p. 60-80.

Tachjian Vahé, « Mixed Marriage, Prostitution, Survival. Reintegrating Armenian Women into Post-Ottoman Cities », in Nazan Maksudyan (dir.), Women and the City, Women in the City. A Gendered Perspective on Ottoman Urban History, New York : Berghahn Books, 2014, p. 86-106.

Toroyan Hayg et Essayan Zabel, L’Agonie d’un peuple, Paris : Garnier, 2013.

Warren Mary Anne, Gendercide: The Implications of Sex Selection, Totowa, NJ : Rowman and Allendheld, 1985.

Haut de page

Note de fin

1 C. H. Enloe, 1983. J. Bethke Elshtain, 1987.

2 M. Ellman, 1968.

3 R. Kévorkian, 2006, quatrième partie.

4 E. Sanasarian, 1989.

5 K. Derderian, 2005.

6 Concept développé par Mary Ann Warren afin de distinguer le génocide – l’extermination délibérée en tout ou en partie d’un groupe ethnique, racial ou religieux comme tel – de l’extermination délibérée des femmes en raison de leur sexe. Voir M. A. Warren, 1985.

7 M. Bjornlund, 2009, p. 17.

8 A. Sarafian, 2001 ; L. Ekmekcioglu, 2013 ; V. Tachjian, 2014 ; J. Harrelson, 2010.

9 L. Sharlach, 2000, p. 101.

10 E. von Joeden-Forgey, 2012.

11 E. Josse, 2013.

12 M. Callari Galli, C. Elefante, 2011, p. 47-68. M. Crépon, 2006, p. 27-38. M. Nichanian, 2013, p. 162-168.

13 J. Derrida cité dans M. Crépon, 2006, p. 27-29.

14 M. Nichanian, 2013, p. 164.

15 J. Altounian, 2005, p. 161.

16 A. Beylérian, 1983.

17 A. Beylérian, 1983, p. 506-509.

18 Sur le rôle de Jaussen dans le cadre du service de renseignements français : H. Laurens, 1999.

19 A. Beylérian, 1983, p. 529-532.

20 J. Bryce, 1917, p. 216-218 ; p. 247-248 ; p. 269-276 ; p. 524-528.

21 À titre d’exemple, signalons que le quotidien canadien L’Événement publie trois articles consacrés aux massacres des Arméniens signés par Henry Barby le 12 juillet, le 11 août et le 25 septembre 1916.

22 C’est ce que nous apprend Marc Nichanian dans sa postface à l’ouvrage de Hayg Toroyan et Zabel Essayan, 2013, p. 154-156.

23 Société des Dames arméniennes, 1920, p. 6.

24 M. Nichanian in H. Toroyan et Z. Essayan, 2013, p. 162.

25 J. Naayem, 1920, p. ii.

26 P. Captanian, 1919, p. 5. Il s’agit donc d’un témoignage livré à la première personne – l’auteur utilise le « je » dans son récit – et présenté sous la forme de « mémoires » et non d’un carnet ou d’un journal.

27 M. Bjornlund, 2009, p. 46.

28 « Declaration of Intention, Pailadzou Captanian, 1921 », « Certificate of Arrival, Pailadzou Captanian, 1926 », « Petition for Naturalization, Pailadzou Captanian, 1927 », « Oath of Allegiance, Pailadzou Captanian, 1927 », Petitions for Naturalization, compiled 1824-1991 [Record Group 21], New York, Southern District [microfilm], bobine 0479, Petitions for Naturalization of the US District Court for the Southern District of New York, 1897-1944 [M1972], National Archives and Records Administration (US). Nous remercions Martin Brideau, étudiant en histoire à l’université de Moncton, qui a effectué cette recherche documentaire.

29 Une version en arménien a été publiée en 1922 à New York.

30 M. Nichanian in H. Toroyan et Z. Essayan, 2013, p. 164.

31 Logiciels développés dans le cadre du réseau européen en analyse statistique de données textuelles (JADT), courant interdisciplinaire né de l’avènement du web et de l’informatique dès les années 1980. Bien que les prémisses de la statistique linguistique datent des années 1950, ce réseau européen s’est construit dans les années 1980 sous l’impulsion de l’analyse factorielle multidimensionnelle (AFC) développée par J.-P. Benzécri, 1981. Depuis 1992, le réseau des JADT regroupe des chercheurs informaticiens, statisticiens, linguistes, historiens, spécialistes de la communication, littéraires, médecins, politiciens, etc., tous à la recherche d’outils puissants qui permettent de faire ressortir du sens dans de gros volumes de textes. Alliant les théories de base en linguistique à celles de l’informatique et de la statistique, ce réseau propose un grand nombre d’outils informatiques et statistiques adaptés à l’analyse documentaire et statistique de données textuelles dans des perspectives très variées. C’est le cas par exemple des logiciels que nous utilisons : IRaMuTeQ qui a été développé par Pierre Ratinaud, laboratoire LERASS, université de Toulouse, www.Iramuteq.org ; tandis que Hyperbase a été développé par Étienne Brunet, laboratoire Base Corpus et langage, université de Nice Sophia-Antipolis, http://ancilla.unice.fr/. Les deux font partie du réseau des JADT (http://lexicometrica.univ-paris3.fr/jadt/).

32 Logométrie (de logos pour « discours » et métrie pour « mesure »), mesure du discours, D. Mayaffre, 2010, p. 22.

33 D. Mayaffre, 2010, p. 22.

34 Association ou attirance de deux mots dans un contexte donné : phrase, paragraphe ou contexte plus large qui peuvent être de nature phraséologique, sémantique, thématique, rhétorique, stylistique, etc.

35 Le graphique de la distance lexicale est une carte qui représente géographiquement les textes, la distance entre eux. Le calcul de la distance lexicale (rapprochement ou distance entre les textes) considère le vocabulaire intégral de chacun des textes du corpus. Un mot contribue à rapprocher deux textes s’il est commun aux deux et à augmenter la distance s’il est privatif et ne se rencontre que dans un seul des textes. En considérant donc tous les mots sans exception de chaque texte, on tient compte pour chacun des mots de tous les appariements de textes deux à deux. Ce qui permet après traitement de tous les mots de calculer la distance entre les textes.

36 Un monde lexical est un ensemble de mots qui représente un univers de discours, un point de vue particulier d’énonciation. Il s’agit d’étudier la structure formelle de la cooccurence des mots dans les énoncés du corpus qui permet de mettre en évidence une dimension d’organisation du texte qui mémorise ses conditions de production. On considère « le vocabulaire d’un énoncé particulier comme trace de lieu référentiel et comme une trace pertinente d’un point de vue d’une activité cohérente du sujet énonciateur ». Les mondes lexicaux sont les traces les plus prégnantes de ces activités dans le lexique : ensemble de mots qui « co-occurent » dans un même énoncé et qui construisent un point de vue ou un univers du discours de l’énonciateur (M. Reinert, 1993).

37 H. Rouré, M. Reinert, 1993, p. 573.

38 Iramuteq reproduit la méthode de classification décrite par M. Reinert 1983 et 1990 (classification hiérarchique descendante sur un tableau croisant les formes pleines des mots avec des segments de texte) ; c’est une méthode qui calcule la cooccurrence de formes dans les énoncés et qui permet de rassembler dans différentes classes les cooccurrents significatifs d’un monde lexical. Il faut noter qu’un même mot peut appartenir à plusieurs classes puisqu’il peut se retrouver dans plusieurs mondes lexicaux à la fois.

39 P. Captanian, 1919, p. 137.

40 Ibid., p. 60.

41 Ibid., 1919, p. 87.

42 P. Captanian, 1919, p. 109.

43 P. Captanian, 1919, p. 50.

44 H. Fein, 1999, p. 43.

45 M. Roux, 1918, dans A. Beylérian, 1983, p. 530.

46 « Rapport du service des informations de la Marine dans le Levant au ministère de la Marine », 1918, dans A. Beylérian, 1983, p. 509.

47 J. Bryce, 1917, p. 269-270.

48 Société des Dames arméniennes, 1920, p. 25.

49 P. Captanian, 1919, p. 20. Société des Dames arméniennes, 1920, p. 29. J. Naayem, 1920, p. 115.

50 L. Kuper, 1982, p. 112.

51 J. Harrelson, 2009-2010, p. 178.

52 Société des Dames arméniennes, 1920, p. 35.

53 Par exemple : J. Naayem, 1920, p. 113, 117-118, 129. J. Bryce, 1916, p. 272. H. Barby, 1917, p. 82.

54 P. Captanian, 1919, p. 37.

55 M. Bjornlund, 2009, p. 25. Faits également rapportés par E. Sanasarian, 1989, p. 452.

56 V. Tachjian, 2009, p. 74.

57 Société des Dames arméniennes, 1920, p. 35-36.

58 Ce phénomène est aussi attesté dans le cadre du génocide des Tutsi du Rwanda : E. Mukakayumba, 1995, p. 149.

59 Société des Dames arméniennes, 1920, p. 26.

60 J. Naayem, 1920, p. 121.

61 J. Bryce, 1917, p. 216.

62 « Rapport du Service des Informations de la Marine dans le Levant au Ministère de la Marine », 1918, dans A. Beylérian, 1983, p. 508.

63 Société des Dames arméniennes, 1920, p. 19-20.

64 M. Bjornlund, 2009, p. 13. H. Fein, 1999, p. 45.

65 « Rapport du service des informations de la Marine dans le Levant au ministère de la Marine », 1918, dans A. Beylérian, 1983, p. 508.

66 P. Captanian, 1919, p. 130.

67 K. Derderian, 2005, p. 8.

68 E. Sanasarian, 1989, p. 453. B. Guerzoni, 2016, p. 76.

69 D. Miller, L. Miller, 1993, p. 94.

70 E. Sanasarian, 1989, p. 451.

71 J. Bryce, 1916, p. 217.

72 M. Roux, 1918, dans A. Beylérian, 1983, p. 531.

73 H. Barby, 1917, p. 82.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 Distance lexicale entre les différents corpus
URL http://eac.revues.org/docannexe/image/987/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Figure 2 Analyse factorielle de correspondance (AFC) des mots spécifiques à chaque groupe de témoins
URL http://eac.revues.org/docannexe/image/987/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Figure 3 Nuage de mots : les termes centraux dans le témoignage de Captanian
URL http://eac.revues.org/docannexe/image/987/img-3.png
Fichier image/png, 62k
Légende Figure 4 Mondes lexicaux du témoignage de Captanian
URL http://eac.revues.org/docannexe/image/987/img-4.png
Fichier image/png, 70k
Légende Figure 5 Les mots représentatifs des six classes du témoignage de Captanian
URL http://eac.revues.org/docannexe/image/987/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Figure 6 Nuage de mots autour du terme femme dans le témoignage de Captanian
URL http://eac.revues.org/docannexe/image/987/img-6.png
Fichier image/png, 45k
Légende Figure 7 Nuage de mots autour du terme mère dans le témoignage de Captanian
URL http://eac.revues.org/docannexe/image/987/img-7.png
Fichier image/png, 37k
Légende Figure 8 Monde lexical du terme femmes dans l’ensemble du corpus
URL http://eac.revues.org/docannexe/image/987/img-8.png
Fichier image/png, 108k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joceline Chabot, Marie-Michèle Doucet et Sylvia Kasparian, « Témoigner malgré tout
Les récits des victimes du génocide des Arméniens face aux violences sexuées
 », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 05 mai 2017, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://eac.revues.org/987 ; DOI : 10.4000/eac.987

Haut de page

Auteurs

Joceline Chabot

Professeure agrégée, département d’histoire et de géographie, université de Moncton

Marie-Michèle Doucet

Docteure en histoire, université de Montréal

Sylvia Kasparian

Professeure titulaire, département d’études françaises, université de Moncton

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • Les cahiers de Revues.org