Navigation – Plan du site
Études

Un bref tour d’horizon des recherches historiques sur le génocide des Arméniens : sources, méthodes, acquis et perspectives

Historical scholarship on the Armenian genocide at a glance
Raymond H. Kévorkian
p. 61-74

Résumés

Cet article dresse un état des lieux de l’historiographie du génocide des Arméniens depuis une vingtaine d’années. Il met en relief le renouvellement et la diversification des approches, tout en soulignant combien l’étude de 1915 a pris une forme pluridisciplinaire et s’inscrit désormais dans le champ plus général de l’analyse comparatiste des violences de masse.

Haut de page

Texte intégral

1L’étude du génocide des Arméniens est longtemps restée confinée dans une logique des rapports de force entre grandes puissances, comme le prolongement de la Question arménienne qui avait émergé sur la scène internationale au xixe siècle. Si cette approche est parfaitement légitime, elle n’en a pas moins réduit l’angle d’observation de ces violences de masse. Il y manquait la dimension interne, ottomane, et, bien sûr, l’angle idéologique propre au régime jeune-turc qu’on a trop souvent associé à trois noms de criminels, le fameux « triumvirat » constitué par Talât, le ministre de l’Intérieur, Enver, le ministre de la Guerre, et Cemal, ministre de la Marine, sans chercher à comprendre l’essence même de la dictature jeune-turque. Les historiens, longtemps seuls maîtres du domaine (ou se considérant comme tels), bénéficient dorénavant des travaux de chercheurs issus d’autres disciplines, comme les sciences politiques, la sociologie ou le droit, pour affiner progressivement leur connaissance de ces événements. Ce sont les nouvelles tendances de la recherche historique sur le génocide des Arméniens, mettant notamment en évidence le caractère universel du crime et examinant ses multiples dimensions, que nous souhaitons passer ici brièvement en revue. Disons-le en préalable, ce bref tour d’horizon ne saurait rendre compte de toute la diversité des recherches menées actuellement sur le génocide, dans des domaines qui vont des études littéraires et de l’anthropologie à la psychanalyse, ou encore à l’histoire de l’art. Nous restreindrons volontairement ce panorama de la recherche, en commençant par faire le point sur les types de matériaux dont disposent aujourd’hui les historiens qui se penchent sur cette question. Il s’agira ensuite de faire valoir la pluralité des types d’approches qui sont désormais susceptibles de permettre un approfondissement des connaissances historiques sur cet événement.

Un aperçu sur les sources : de la complémentarité entre archives d’États et témoignages de rescapés

  • 1 Ara Sarafian (ed.), United States Official Records on the Armenian Genocide, 1915-1917, Princeton, (...)
  • 2 Hans-Lukas Kieser, Der Verpasste Friede. Mission, Ethnie und Staat in den Ostrprovinzen der Türkei (...)
  • 3 Wolfgang Gust, Der Völkermord an den Armeniern 1915/16. Dokumente aus dem Politischen Archiv des de (...)
  • 4 Osmanlı Belgelerinde Ermeniler (1915-1920), Ankara : T.C. Başbakanlik Devlet Arşivleri Genel Müdürl (...)
  • 5 Raymond Kévorkian, The Armenian Genocide. A Complete History, Londres, New York : I. B. Tauris, 201 (...)
  • 6 Raymond Kévorkian, Lévon Nordiguian et Vahé Tachjian (dir.), Les Arméniens, 1917-1939, la quête d’u (...)

2Au cours de ces vingt dernières années de nombreux fonds d’archives ont été étudiés ou publiés, documentant le génocide des Arméniens : archives diplomatiques américaines et témoignages des missionnaires (Ara Sarafian1, Londres, et Hans-Lukas Kieser2, Zürich) ; archives diplomatiques allemandes (Wolfgang Gust3) ; archives ottomanes du Premier ministre (Istanbul, direction des Archives), donnant le versant administratif de la question4 ; archives arméniennes sur le génocide (Patriarcat Arménien de Constantinople et fonds Andonian, Raymond Kévorkian5, Paris), et sur les rescapés (Vahé Tachjian6, Berlin, et Raymond Kévorkian). Ces matériaux, principalement les archives consulaires, ont permis de grandes avancées dans la connaissance des procédures d’extermination des populations dans les provinces.

  • 7 Fuat Dündar, İttihat ve Terakki’nin Müslümanları iskân politikası, 1913-1918, Istanbul : İletişim, (...)

3Concernant les archives ottomanes conservées à Istanbul, il faut souligner l’ouverture en 2005 du fonds du Deuxième Bureau, attaché au ministère de l’Intérieur, comprenant les archives du Directorat pour l’installation des tribus et des émigrés (principalement étudiées et publiées par Fuat Dündar7). L’étude de ce fonds a mis en lumière nombre de points obscurs du programme d’« ingénierie démographique » que le Comité central jeune-turc a mis en œuvre. Elle apporte des connaissances décisives sur la planification administrative des déportations, sur la volonté des chefs jeunes-turcs de transformer la composition démographique de l’Asie Mineure, au besoin en éradiquant les groupes susceptibles d’entraver leur projet.

4Les registres du cadastre ottoman, numérisés en 2005, restent encore indisponibles aux chercheurs comme au public, mais sont prometteurs pour l’évaluation des spoliations opérées par le régime jeune-turc.

  • 8 R. Kévorkian, The Armenian Genocide…, op. cit.

5On ne peut enfin ignorer l’utilisation récente des récits de rescapés mis par écrit « à chaud », c’est-à-dire entre 1917 et 1920, indispensables pour saisir de l’intérieur le sort des convois de déportés ou la vie dans les camps de concentration de Syrie et de Mésopotamie8.

  • 9 Marc Nichanian, La perversion historiographique : une réflexion arménienne, Paris : Lignes, 2006.

6Lorsqu’il s’agit de documenter des crimes contre l’humanité, des crimes de guerre ou des génocides, les témoignages de rescapés sont loin de faire l’unanimité parmi les historiens. En matière d’historiographie des violences de masses, le document officiel, émanant de l’État génocidaire et, à la rigueur, de sources diplomatiques, notamment consulaires, a longtemps constitué « la » référence pour la communauté scientifique, le témoignage n’étant alors tenu que pour une simple représentation des événements émanant des victimes, comme si ces dernières étaient par définition inaptes à témoigner avec la distance requise. C’est ainsi la valeur documentaire du témoignage, son statut, qui sont en cause, comme si « toute autorité historiographique » lui était déniée9. Or, si l’historien a pour mission première de scruter les documents dont il dispose pour, en quelque sorte, leur attribuer un certain niveau de crédibilité, il a aussi pour ambition d’exploiter tous les éléments à sa disposition dans sa reconstruction générale de l’événement, en observant ce dernier sous différents angles et pas seulement sous l’angle de l’État génocidaire, producteur et possesseur de l’archive « officielle ». Il a dans tous les cas un devoir primordial de modestie, sachant fort bien que sa construction ne forme qu’une étape du processus de recherche, qu’il ne dispose jamais de toutes les compétences requises pour exploiter tous les matériaux à sa disposition.

Du micro au macro : pour une approche géographique et régionale de l’histoire du génocide

  • 10 Peu après la publication de la loi provisoire de déportation, une directive datée du 10 juin 1915 a (...)

7Dans le cas arménien, les travaux qui ont été publiés n’ont que rarement embrassé le processus génocidaire dans sa dimension spatiale, géographique, restant le plus souvent calés sur les processus généraux. Des essais de synthèse de ce type ont été entrepris en l’absence de véritables monographies régionales ou d’études microhistorique sur le sujet, au risque de généraliser des phénomènes qui n’ont pu être vérifiés que localement. À l’inverse, une approche « géographique » du génocide des Arméniens a rendu possible une telle microhistoire. Fondée sur un usage extensif du témoignage des victimes et des rescapés, cette approche souligne qu’il est illusoire de prétendre mesurer l’impact local d’un génocide sans solliciter le témoignage. Reste bien sûr à l’historien à s’imposer une méthode, à élaborer les critères d’exploitation des témoignages et, surtout, à ne pas chercher à leur faire dire ce qu’ils n’ont pas vocation à exprimer. Le témoignage ne peut documenter les mécanismes généraux d’un génocide qu’à travers le filtre de la micro histoire, qu’à partir des leçons qu’il permet de tirer localement, lesquelles peuvent, si elles sont redondantes, dessiner en négatif un élément du mécanisme. C’est ainsi que nous avons par exemple essayé d’évaluer le traitement des conscrits servant dans les Troisième et Quatrième armées, des élites arméniennes locales, à la veille des déportations, la confiscation des « biens abandonnés »10, les procédures d’islamisation et de turcisation de familles d’artisans, etc.

  • 11 La Teşkilât-ı Mahsusa ou Organisation spéciale est une organisation paramilitaire secrète mise en p (...)
  • 12 Les muhacir (émigrés, réfugiés) étaient essentiellement des musulmans originaires des anciens terri (...)

8À défaut d’une approche de cette nature, exploitant le témoignage, il aurait été beaucoup plus difficile, sinon impossible, d’apprécier les différences de traitement d’une région à l’autre et de saisir la complexité de la machinerie exterminatrice. Faire l’impasse sur ce dossier nous aurait également privé d’une évaluation du rôle précis des administrations locales et de l’armée, et laissé dans l’ombre l’action des escadrons de l’Organisation spéciale11, notamment dans les provinces orientales. L’absence d’observation régionale risquait aussi de nous amener à des approximations ; la dimension socio-économique de l’entreprise génocidaire, notamment l’action des commissions des « biens abandonnés », nous aurait échappée, de même que la possibilité d’une juste pesée des enjeux démographiques liés à l’extraction des Arméniens de leurs foyers et à l’établissement en leur lieu et place de muhacir « turcs »12. Il faut aussi observer combien l’expérience des victimes peut être beaucoup mieux appréciée à travers un traitement régional. Notons enfin que cette approche permet de fixer dans le temps avec beaucoup plus de précision la « fin du monde » qu’a constitué le génocide pour la population arménienne d’Asie Mineure et d’Anatolie.

9L’approche géographique du génocide, fondée sur la micro-histoire, permet d’embrasser dans sa globalité le phénomène génocidaire. Un examen méthodique, région par région permet non seulement de pénétrer la matière juqu’au niveau des communautés villageoises, de rendre compte du comportement des bourreaux et des victimes sur le terrain, de vérifier ou d’infirmer des théories générales en parvenant à tirer quelques leçons d’ensemble à la lumière de faits récurrents observés en divers lieux et régions.

  • 13 R. Kévorkian, The Armenian Genocide…, op. cit.

10Le niveau d’analyse microhistorique permet de préciser les étapes de la destruction des Arméniens et la chronologie des événements pour chaque région, à savoir le préalable qui consiste à arrêter et à exterminer les conscrits (mars 1915) les élites (avril-mai à Istanbul comme en province), puis l’arrestation et le massacre, à proximité de leurs lieux de résidence, des autres hommes adultes (mai-juin), avant la déportation du reste de la population (juin-août). Il a également été possible d’identifier à peu près tous les convois de déportés, dater leurs départs, préciser les itinéraires qu’ils empruntaient, identifier les escadrons de l’Organisation spéciale qui avaient pour tâche de les exterminer en cours de route, localiser les sites sur lesquels ces escadrons opéraient ou encore dresser une liste assez complète des personnes impliquées dans les opérations de déportation et de massacre, selon la catégorie à laquelle elles appartenaient : hauts fonctionnaires, militaires, chefs des clubs jeunes-turcs locaux, inspecteurs délégués sur place par le Comité central du CUP, officiers de l’Organisation spéciale, etc. (soit une liste d’environ 1 700 criminels)13.

  • 14 Uğur Ümit Üngör, The Making of Modern Turkey: Nation and State in Eastern Anatolia, 1913-1950, Oxfo (...)

11Des monographies régionales récemment publiées, intégrant des sources méconnues ou exploitant intelligemment les archives officielles, comme le travail d’Uğur Ümit Üngör14 (Amsterdam) sur le vilayet de Dyarbekir, ou encore celui de Bedross Der Matossian (University of Nebraska, Lincoln) sur les déportations et les massacres dans le vilayet de Sıvas, nous aident notamment à comprendre comment l’administration ottomane se chargeait des tâches officielles, comme le recensement des déportés et de leurs biens, l’organisation des convois, laissant aux paramilitaires de l’Organisation spéciale le travail officieux, la destruction.

Pour une compréhension affinée du processus génocidaire : dimension idéologique, prise de décision, étapes et responsabilités du génocide

  • 15 Feroz Ahmad, The Young Turks: the Committee of Union and Progress in Turkish Politics, 1908-1914, O (...)
  • 16 M. Şükrü Hanioğlu, The Young Turks in Opposition, New York, Oxford : Oxford University Press, 1995. (...)
  • 17 İttihat ve Terakki Cemiyeti ou « Comité Union et Progrès », nom officiel du parti jeune-turc.

12Pour comprendre l’essence de l’idéologie jeune-turque, afin d’expliquer l’engrenage politique ayant mené au génocide, les historiens sont restés longtemps tributaires de travaux anciens, comme ceux de Feroz Ahmad15. Toutefois, ces quinze dernières années, les travaux de M. Şükrü Hanioğlu16 (Princeton) ont considérablement fait évoluer la question. Très solidement documentés, ces travaux ont mis au jour le darwinisme social et le racisme profond qui animaient les cercles jeunes-turcs. Bien que cet auteur n’ait pas encore examiné la période de la Première Guerre mondiale, il nous donne les clés de compréhension du système que l’Ittihad17 a mis en place, et que l’on peut qualifier de totalitaire.

  • 18 Erik J. Zürcher, The Unionist Factor: The Role of the Committee of Union and Progress in the Turkis (...)

13Dans un autre registre les travaux d’Erik I. Zürcher18 (Amsterdam/Leyde) ont permis une remise à plat de l’historiographie officielle turque et en particulier du lien idéologique profond existant entre le régime jeune-turc et le régime kémaliste, dont les effets se font sentir jusqu’à nos jours. Ces travaux ont également mis en évidence le recyclage des anciens criminels de guerre ittihadistes dans l’appareil d’État kémaliste. Ils égratignent au passage le mythe de Mustafa Kemal et révèlent la lutte d’influence qui existait dans l’immédiat après-guerre entre celui-ci et les cadres jeunes-turcs qui continuaient à obéir aux chefs ittihadistes réfugiés à Berlin depuis novembre 1918.

  • 19 Taner Akçam, İnsan hakları ve Ermeni Sorunu. İttihat ve Terakki’den Kurtuluş Savaşına, Kızılay : İm (...)

14Ces dernières années, Taner Akçam19 (Clark, États-Unis) a permis d’avancer un peu plus sur la question de la continuité idéologique entre jeunes-turcs et kémalistes, en soulignant la dimension totalitaire importée d’Europe qui animait ces courants politiques et en concentrant ses travaux documentés sur la période clé 1919-1923.

  • 20 Ibidem.

15Les travaux de Taner Akçam ont également mis au jour le rôle des Guerres balkaniques (1912-1913) et de la défaite humiliante subie par l’Empire ottoman face à ses anciens vassaux serbes, bulgares et grecs dans le processus de radicalisation du Comité central jeune-turc. Il a de même bien cerné la première prise de décision du Comité central, en février 1914, consistant à déporter d’abord les populations grecques des rives de la mer Égée, puis les populations arméniennes, dont un début d’exécution a été observé de mars à juin 191420.

  • 21 Stephan Astourian, « The Armenian Genocide: An Interpretation », The History Teacher, 23/2, février (...)
  • 22 R. Kévorkian, The Armenian Genocide…, op. cit.

16Décision qui a ouvert la voie à la seconde décision, dont les circonstances sont restées longtemps ignorées. On sait mieux à présent (S. Astourian21, Berkeley et moi-même22) quelle était la nature des débats internes au sein du Comité Union et Progrès, et, en gros, les différences de position parmi les neuf membres du Comité central. Les uns, majoritaires, étaient favorables à la destruction systématique des Arméniens, tandis qu’une minorité suggérait de limiter ces massacres aux zones frontières avec la Russie, et de se contenter de déporter la population arménienne restante dans les déserts de Syrie et de Mésopotamie. On situe à présent les réunions qui se sont tenues à Istanbul et ont décidé du sort des Arméniens entre le 22 et le 25 mars 1915.

  • 23 Raymond Kévorkian, L’extermination des déportés arméniens ottomans dans les camps de concentration (...)
  • 24 Ph. D. en cours de rédaction à Clark University.
  • 25 Voir supra, note 11.

17Cette recherche affinée sur les étapes du processus de décision de déportation et d’extermination des Arméniens de l’Empire ottoman a, parallèlement, permis d’isoler une seconde phase du génocide. Cette seconde phase, qui s’étend d’avril à novembre 1916, a visé les déportés qui étaient parvenus jusqu’à « leurs lieux de relégation » (formule officielle), dans les déserts de Syrie et Mésopotamie. Elle est restée ignorée des historiens jusqu’à la fin des années 1990, mais on en sait plus à présent sur l’organisation des 25 camps de concentration dispersés dans ces régions, ainsi que sur la Sous-direction des déportés établie à Alep qui administrait ces camps et leurs personnels (Raymond Kévorkian23 et Khatchig Mouradian24, Clark). Nous pouvons évaluer avec précision le mode de fonctionnement de ces camps, identifier leurs responsables, comptabiliser avec une relative certitude le nombre des décès dans chaque camp et, enfin, les conditions dans lesquelles 192 750 survivants arméniens ont été exécutés à Der Zor et sa périphérie entre juillet et novembre 1916, comme un point final au programme d’extermination conçu par l’Ittihad. L’étude de cette étape de la destruction des Arméniens est d’autant plus importante qu’elle a permis de situer approximativement dans le temps une décision du Comité central jeune-turc, visant à liquider les Arméniens survivants dans ces camps, probablement en mars 1916, soit plus de six mois après l’arrivée des déportés. Nous manquons certes de documents émanant des cercles jeunes-turcs sur ce point précis, mais il est fort probable que, lorsque les fonds d’archives du Comité central jeune-turc, ou ce qu’il en reste, ainsi que les correspondances et rapports de l’Organisation Spéciale25, dont il est à présent établi qu’ils se trouvent entre les mains de l’état-major turc, à Ankara, seront sortis de leurs réserves, nos quelques tatonnements actuels seront surmontés.

  • 26 Vahakn Dadrian, German Responsibility in the Armenian Genocide. A Review of the Historical Evidence (...)
  • 27 Hilmar Kaiser (ed.), A German Officer During the Armenian Genocide: A Biography of Max Von Scheubne (...)
  • 28 Intervention intitulée : « “Jäckh of the Turks”: On the Trail of an Enabler », au cours du colloque (...)
  • 29 Ulrich Trumpener, Germany and the Ottoman Empire, 1914-1918, Princeton : Princeton University Press (...)
  • 30 Frank G. Weber, Eagles on the Crescent: Germany, Austria and the Diplomacy of the Turkish Alliance, (...)

18Quant aux responsables du génocide, si les documents étudiés ont déjà permis d’en identifier les principaux commanditaires et exécutants, la question du rôle que l’Allemagne, alliée de l’Empire ottoman pendant la Grande Guerre, a pu jouer dans ce cadre reste controversée. À ma connaissance, deux auteurs ont principalement travaillé sur cette question, Vahakn Dadrian26 et Hilmar Kaiser27, et se sont affrontés assez vivement sur leurs thèses respectives. Le premier a soutenu que la « responsabilité » de l’Allemagne était directement engagée dans les violences de masse commises contre les Arméniens, tandis que le second envisage plutôt le rôle de cette puissance en terme de « complicité ». Un troisième auteur, Wolfgang Gust a méthodiquement documenté la question, en soulignant en particulier la nature subtile du travail de Joannes Lepsius à ce sujet : en publiant dès 1919 un corpus de documents officiels allemands, le pasteur allemand a consciencieusement supprimé tous les passages impliquant à des degrés divers les autorités allemandes dans les violences anti-arméniennes. Dernièrement, Margaret Anderson (Berkeley) a mené un travail remarquable sur Ernst Jäckh28, un des inspirateurs de la politique turque de l’Allemagne impériale. Elle a mis en évidence certains traits idéologiques communs aux deux régimes, un darwinisme social dont les jeunes-turcs étaient fortement imprégnés. On ne peut enfin ignorer les travaux d’Ulrich Trumpener29 et Frank Weber30, un peu anciens, mais qui aident à contextualiser la relation germano-turque, mettant en évidence l’habileté avec laquelle le régime jeune-turc a exploité son alliance avec l’Allemagne pour mener sa propre politique. Cette question mérite encore d’être approfondie avant de prétendre tirer des conclusions. Tout au plus peut-on dire aujourd’hui que l’Allemagne était sans doute le seul État en mesure de freiner la politique de destruction des populations arméniennes ottomanes, et qu’elle ne l’a pas fait pour des raisons essentiellement de stratégie militaire.

Un axe de recherche révélateur et prometteur : la dimension économique du génocide

  • 31 André Autheman, La Banque impériale ottomane, Paris : Comité pour l’histoire économique et financiè (...)

19La dimension économique du génocide, à savoir la mise en application du projet de création d’une Millî itiksat (« économie nationale »), consistant à capter les entreprises arméniennes et grecques et à les transférer à des entrepreneurs « turcs » (on peut discuter de la nature de ce concept à l’époque), en est à ses débuts. Ces dernières années, des chercheurs turcs ont publié des travaux sur la campagne de boycott des entrepreneurs non musulmans en 1913 et 1914, qui marque le début de la mise en œuvre du projet de création d’une Économie nationale, comprenons « turque », ou sur la formation de cartels sous la direction immédiate de cadres jeunes-turcs. Des travaux sur la Banque Impériale Ottomane31 ont aussi permis d’avoir des indications sur la situation économique de l’Empire ottoman pendant la guerre : par exemple sur le fait que la Turquie, qui a entamé la guerre grâce à des crédits allemands, cesse d’emprunter à la fin de l’été 1915 et rembourse même ses dettes en septembre de la même année.

  • 32 Raymond H. Kévorkian et Paul B. Paboudjian, Les Arméniens dans l’Empire ottoman à la veille du géno (...)
  • 33 Nevzat Onaran, Emvâl-ı Metruke Olayı: Osmanlı’da ve Cumhuriyette Ermeni ve Rum Mallarının Türkleşti (...)
  • 34 Il n’est pas inutile de noter à ce sujet que, dans le cadre du processus de rapprochement avec l’Eu (...)
  • 35 Uğur Ümit Üngör et Mehmet Polatel, Confiscation and Destruction. The Young Turk Seizure of Armenian (...)

20Concernant plus généralement la confiscation des biens arméniens, y compris plus de 2 000 églises et 400 monastères, qui constituent le patrimoine monumental principal (un recensement a été mené par mes soins voici une vingtaine d’années32), deux travaux récents permettent de dépasser la fameuse loi du 26 septembre 1915, officialisant la confiscation des « biens abandonnés ». Ces travaux permettent notamment de voir l’évolution de la législation sur cette question complexe et, en particulier, qu’après l’annulation de cette loi par le gouvernement libéral turc, en janvier 1920, l’Assemblée turque l’a restaurée en avril 1923, avec quelques amendements mineurs. On peut aussi, notamment grâce à Nevzat Onaran33, constater que des décennies durant, les autorités turques ont dû multiplier les lois pour surmonter un casse-tête juridique, nombre de « propriétaires » n’ayant aucun titre de propriété. La dernière en date de ces réformes date du coup d’État de 1980, qui a mis un point final à la captation des biens des populations arméniennes et de leur patrimoine monumental : nombre d’occupants de propriétés arméniennes se sont alors vu enfin délivrer un acte de propriété avalisant une situation de facto34. Une étude régionale récente sur les confiscations de biens arméniens dans les vilayets de Dyarbekir et d’Ayntab35 permet de mieux comprendre les mécanismes employés localement pour mener à bien le projet d’Économie nationale des jeunes-turcs.

Le génocide face aux juges et dans le droit international

  • 36 Samantha Power, A Problem from Hell: America and the Age of Genocide, New York : Harper Perennial, (...)

21L’évolution du droit international en matière de crimes contre l’humanité doit évidemment beaucoup à l’œuvre accomplie par Raphael Lemkin et, concernant la qualification de génocide, à ses références au génocide des Arméniens dont l’impunité a constitué le point de départ de sa réflexion. Le travail de Samantha Power36 (Washington) sur ce juriste juif polonais a précisément mis en évidence sa référence arménienne et a de ce fait joué un rôle considérable dans l’évolution de la perception des historiens sur la question du génocide des Arméniens.

  • 37 Vahakn N. Dadrian et Taner Akçam, Judgment at Istanbul: The Armenian Genocide Trials, New York, Oxf (...)

22Vahakn Dadrian (New York) et Taner Akçam ont, ensemble, publié récemment un travail exceptionnel sur les procès des criminels de guerre jeunes-turcs37 qui se sont tenus à Istanbul de 1919 à 1922, grâce auxquels on peut évaluer l’ambiance qui régnait alors dans la capitale ottomane et les difficultés que rencontraient des tribunaux locaux pour juger des nationaux, aussi lourdes que soient les charges pesant sur eux.

  • 38 R. Kévorkian, The Armenian Genocide…, op. cit.

23Pour ma part, j’ai travaillé sur les archives de la Commission des Responsabilités auprès de la Conférence de la Paix (février-avril 1919) et en particulier sur ses conclusions qui préconisent la création d’un Tribunal international pour juger les criminels de guerre et d’adopter de nouvelles catégories de crimes38, comme ceux qui ont été perpétrés contre une partie de la population ottomane (l’essentiel de ces catégorisations nouvelles se trouvent dans la Convention de 1948 sur les crimes de génocide).

  • 39 Sévane Garibian, Le crime contre l’humanité au regard des principes fondateurs de l’État moderne : (...)
  • 40 Katia Boustany et Daniel Dormoy (dir.), Génocide(s), Bruxelles : Bruylant, Éditions de l’Université (...)

24Enfin, Il faut noter les progrès des juristes sur l’évolution du concept de crime contre l’humanité et sa pénalisation, en particulier le travail de Sévane Garibian (Genève, Neuchâtel)39 ou encore ceux de Katia Boustany (Montréal) et Daniel Dormoy (Sceaux)40, avec une ambition comparatiste.

Les avancées offertes par l’étude comparatiste des génocides et des violences de masse

  • 41 Yves Ternon, L’État criminel. Les génocides au xxe siècle, Paris : Seuil, 1995.
  • 42 Jacques Sémelin, Purifier et détruire. Usages politiques des massacres et génocides, Paris : Seuil, (...)

25Yves Ternon (Paris)41, puis Jacques Sémelin (Paris, Sciences Po)42 ont fait progresser les études comparatistes en s’appuyant sur l’analyse des génocides juif, arménien et tutsi. Ils dégagent notamment les facteurs constants dans les crimes de masse, comme le contexte de guerre, l’instauration d’un régime totalitaire et l’usage systématique de paramilitaires pour la mise en œuvre des massacres.

  • 43 Donald Bloxham, The Great Game of Genocide: Imperialism, Nationalism, and the Destruction of the Ot (...)

26Sur l’influence du contexte international et du jeu des Puissances sur le génocide, les travaux de référence sont ceux de Donald Bloxham43. On peut considérer son travail comme une magistrale illustration de l’instrumentalisation de la Question arménienne par les Puissances et des capacités du régime jeune-turc à jouer de la concurrence qui les opposaient les unes aux autres.

27Concernant le contexte de guerre qui préside à la perpétration des génocides et des violences de masse, une réflexion intéressante et comparatiste a été développée par Annette Becker44 (Paris) et Jay Winter45 (Yale). Le déchaînement de la violence, la levée des interdits moraux et les promesses d’impunité pour les criminels et leurs commanditaires sont mises en avant par ces auteurs comme des conditions propices aux violences de masse. Michael Mann (UCLA)46, toujours dans un registre comparatiste, a une approche plus sociologique, en particulier liée aux condition du déchaînement de la violence dans les cas arménien, juif et tutsi, ainsi qu’en ex-Yougoslavie. Son questionnement sociologique renouvelle notamment notre réflexion sur les phénomènes de radicalisation de partis-États qui décident de mener une politique d’extermination à l’encontre d’un groupe constitutif de la société.

  • 47 David Gaunt, Massacres, Resistance, Protectors: Muslim-Christian Relations in Eastern Anatolia Duri (...)
  • 48 Yves Ternon, Mardin 1915, numéro spécial de la Revue d’histoire arménienne contemporaine, t. 4, Par (...)

28Toujours dans une optique comparatiste, on ne peut que rappeler combien la destruction des Syriaques ottomans, principalement dans les vilayets de Bitlis et Dyarbekir, est intimement liée à celle des Arméniens et ne s’en distingue guère tant par sa nature que son ampleur. Notre collègue suédois de l’Université d’Huddinge, David Gaunt47 est venu combler un vide considérable et apporter une dimension universitaire à un sujet qui restait confiné entre les mains de militants. La monographie de Yves Ternon sur les massacres sans distinction d’Arméniens et de Syriaques dans la région de Mardin48 constitue un exemple unique de par la richesse de la documentation mise en œuvre.

*

  • 49 Hamit Bozarslan, Histoire de la Turquie. De l’Empire à nos jours, Paris : Tallandier, 2013.

29Au final, ce bref tour d’horizon de la recherche historique démontre, s’il était nécessaire, combien l’étude du génocide des Arméniens a, ces dernières années, pris une forme pluridisciplinaire et s’inscrit dorénavant dans le champ plus général des violences de masse, contribuant par là même à alimenter les études comparatistes. De nombreux autres domaines d’études pourraient être évoqués ici, comme l’étude de l’historiographie officielle, intimement liée au déni, par Fatma Müge Gökçek (Ann Arbor) et, plus récemment par Hamit Bozarslan49, qui ont procédé à une relecture complète des histoires ottomane et turque, balayant le discours officiel mis en place sous Mustafa Kemal. Des travaux ont également été menés sur les « opérations de sauvetage » de rescapés entreprises durant la période du génocide, notamment par des équipes italienne (Marcello Flores, Pise) et française (Yves Ternon et Raymond Kévorkian). De nouveaux axes de recherches offrent des pistes prometteuses, comme la question de l’islamisation des jeunes femmes et des enfants arméniens, le sort des rescapés, mais également des sujets plus directement liés à l’actualité, comme le déni officiel de l’État turc, le regard de la société turque sur son passé, ou encore le poids du passé en Arménie et dans la diaspora arménienne, études qui seraient susceptibles de contribuer à une histoire de la mémoire du génocide des Arméniens. On se contentera de souligner ici, par delà la pluralité des aspects étudiés par les spécialistes et la diversité de leurs horizons géographiques ou institutionnels, que l’évaluation des ces crimes de masse, sur lesquels la communauté scientifique porte un jugement globalement consensuel, ne souffre actuellement plus de discussion sur leur nature et sur leur qualification.

Haut de page

Bibliographie

Ahmad Feroz, The Young Turks: the Committee of Union and Progress in Turkish Politics, 1908-1914, Oxford : Clarendon Press, 1969.

Akçam Taner, From Empire to Republic: Turkish Nationalism and the Armenian Genocide, Londres, New York : Zed Books, 2004.

Akçam Taner, İnsan hakları ve Ermeni Sorunu. İttihat ve Terakki’den Kurtuluş Savaşına, Kızılay : İmge Kitabevi, 1999.

Astourian Stephan, « The Armenian Genocide: An Interpretation », The History Teacher, 23/2, février 1990, pp. 111-160.

Autheman André, La Banque impériale ottomane, Paris : Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1996.

Avebury Eric et Sarafian Ara (ed.), British Parliamentary Debates on the Armenian Genocide, 1915-1918, Princeton, Londres : Gomidas Institute, 2003.

Becker Annette, « L’extermination des Arméniens, entre dénonciation, indifférence et oubli, de 1915 aux années vingt » Revue d’Histoire de la Shoah, no 177-178, 2003, pp. 295-312.

Bloxham Donald, The Great Game of Genocide: Imperialism, Nationalism, and the Destruction of the Ottoman Armenians, Oxford, New York : Oxford University Press, 2005.

Boustany Katia et Dormoy Daniel (dir.), Génocide(s), Bruxelles : Bruylant, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1999.

Bozarslan Hamit, Histoire de la Turquie. De l’Empire à nos jours, Paris : Tallandier, 2013.

Dadrian Vahakn N. et Akçam Taner, Judgment at Istanbul: The Armenian Genocide Trials, New York, Oxford : Berghahn Books, 2011.

Dadrian Vahakn, German Responsibility in the Armenian Genocide. A Review of the Historical Evidence of German Complicity, Watertown : Blue Crane Books, 1996.

Dündar Fuat, İttihat ve Terakki’nin Müslümanları iskân politikası, 1913-1918, Istanbul : İletişim, 2001.

Dündar Fuat, Modern Türkiye’nin Şifresi : İttihat ve Terakki’nin etnisite mühendisliği, 1913-1918, Istanbul : İletişim, 2008.

Garibian Sévane, Le crime contre l’humanité au regard des principes fondateurs de l’État moderne : naissance et consécration d’un concept, Bruxelles, Paris, Genève : Bruylant, LGDJ, Schulthess, 2009.

Gaunt David, Massacres, Resistance, Protectors: Muslim-Christian Relations in Eastern Anatolia During World War I, Piscataway, N. J. : Gorgias Press, 2006.

Gust Wolfgang, Der Völkermord an den Armeniern 1915/16. Dokumente aus dem Politischen Archiv des deutschen Auswärtigen Amts, Springe : Zu Klampen, 2005.

Hanioğlu M. Şükrü, Preparation for a Revolution: The Young Turks, 1902-1908, New York, Oxford : Oxford University Press 2001.

Hanioğlu M. Şükrü, The Young Turks in Opposition, New York, Oxford : Oxford University Press, 1995.

Jacobsen Maria, Diary of a Danish Missionary, Harpoot, 1907-1919, édité par Ara Sarafian, Princeton, Londres : Gomidas Institute, 2001.

Kaiser Hilmar (ed.), A German Officer During the Armenian Genocide: A Biography of Max Von Scheubner-Richter, Londres : Gomidas Institute, 2009.

Kévorkian Raymond H. et Paboudjian Paul B., Les Arméniens dans l’Empire ottoman à la veille du génocide, Paris : Éditions d’Art et d’Histoire, 1992.

Kévorkian Raymond, L’extermination des déportés arméniens ottomans dans les camps de concentration de Syrie-Mésopotamie (1915-1916). La Deuxième phase du génocide, numéro spécial de la Revue d’histoire arménienne contemporaine, t. 2, Paris : Bibliothèque Nubar de l’UGAB, 1998.

Kévorkian Raymond, Nordiguian Lévon et Tachjian Vahé (dir.), Les Arméniens, 1917-1939, la quête d’un refuge, Beyrouth : Presses de l’Université Saint-Joseph, 2006.

Kévorkian Raymond, The Armenian Genocide. A Complete History, Londres, New York : I. B. Tauris, 2011.

Kieser Hans-Lukas et Schaller Dominik J. (eds.), Der Völkermord an den Armeniern und die Shoah, Zurich : Chronos, 2002.

Kieser Hans-Lukas, Der Verpasste Friede. Mission, Ethnie und Staat in den Ostrprovinzen der Türkei, 1839-1938, Zurich : Chronos, 2000.

Künzler Jacob, Im Lande des Blutes und der Tränen. Erlebnisse in Mesopotamien während des Weltkrieges (1914-1918), édité par Hans-Lukas Kieser, Zurich : Chronos, 2004.

Mann Michael, The Dark Side of Democracy : Explaining Ethnic Cleansing, Cambridge : Cambrige University Press, 2005.

Nichanian Marc, La perversion historiographique : une réflexion arménienne, Paris : Lignes, 2006.

Onaran Nevzat, Emvâl-ı Metruke Olayı: Osmanlı’da ve Cumhuriyette Ermeni ve Rum Mallarının Türkleştirilmesi, Istanbul : Belge, 2010.

Osmanlı Belgelerinde Ermeniler (1915-1920), Ankara : T.C. Başbakanlik Devlet Arşivleri Genel Müdürlüğu, Osmanlı Arşivi Daire Başkanlığı, 1994.

Power Samantha, A Problem from Hell: America and the Age of Genocide, New York : Harper Perennial, 2007.

Riggs Henry H., Days of Tragedy in Armenia, Personal Experiences in Harpoot, 1915-1917, Ann Arbor : Gomidas Institute, 1997.

Sarafian Ara (ed.), United States Official Records on the Armenian Genocide, 1915-1917, Princeton, Londres : Gomidas Institute, 2004.

Sémelin Jacques, Purifier et détruire. Usages politiques des massacres et génocides, Paris : Seuil, 2005.

Ternon Yves, L’État criminel. Les génocides au xxe siècle, Paris : Seuil, 1995.

Ternon Yves, Mardin 1915, numéro spécial de la Revue d’histoire arménienne contemporaine, t. 4, Paris : Bibliothèque Nubar de l’UGAB, 2002.

Trumpener Ulrich, Germany and the Ottoman Empire, 1914-1918, Princeton : Princeton University Press, 1968.

Üngör Uğur Ümit et Polatel Mehmet, Confiscation and Destruction. The Young Turk Seizure of Armenian Property, Londres, New York : Continuum, 2011.

Üngör Uğur Ümit, The Making of Modern Turkey: Nation and State in Eastern Anatolia, 1913-1950, Oxford, New York : Oxford University Press, 2011.

Weber Frank G., Eagles on the Crescent: Germany, Austria and the Diplomacy of the Turkish Alliance, 1914-1918, Ithaca, Londres : Cornell University Press, 1970.

Winter Jay, « Under Cover of War: the Armenian Genocide in the context of Total War », in Jay Winter (ed.), America and the Armenian Genocide of 1915, Cambridge, New York : Cambridge University Press, 2003, pp. 37-51.

Zürcher Erik J., The Unionist Factor: The Role of the Committee of Union and Progress in the Turkish National Movement, 1905-1926, Leyde : Brill, 1984.

Zürcher Erik J., Turkey: A Modern History, Londres, New York : I. B. Tauris, 1993.

Haut de page

Notes

1 Ara Sarafian (ed.), United States Official Records on the Armenian Genocide, 1915-1917, Princeton, Londres : Gomidas Institute, 2004. Henry H. Riggs, Days of Tragedy in Armenia, Personal Experiences in Harpoot, 1915-1917, Ann Arbor : Gomidas Institute, 1997. Maria Jacobsen, Diary of a Danish Missionary, Harpoot, 1907-1919, Ara Sarafian (ed.), Princeton, Londres : Gomidas Institute, 2001. Eric Avebury et Ara Sarafian (ed.), British Parliamentary Debates on the Armenian Genocide, 1915-1918, Princeton, Londres : Gomidas Institute, 2003.

2 Hans-Lukas Kieser, Der Verpasste Friede. Mission, Ethnie und Staat in den Ostrprovinzen der Türkei, 1839-1938, Zurich : Chronos, 2000. Jacob Künzler, Im Lande des Blutes und der Tränen. Erlebnisse in Mesopotamien während des Weltkrieges (1914-1918), édité par Hans-Lukas Kieser, Zurich : Chronos, 2004. Hans-Lukas Kieser et Dominik J. Schaller (eds.), Der Völkermord an den Armeniern und die Shoah, Zurich : Chronos, 2002.

3 Wolfgang Gust, Der Völkermord an den Armeniern 1915/16. Dokumente aus dem Politischen Archiv des deutschen Auswärtigen Amts, Springe : Zu Klampen, 2005.

4 Osmanlı Belgelerinde Ermeniler (1915-1920), Ankara : T.C. Başbakanlik Devlet Arşivleri Genel Müdürlüğu, Osmanlı Arşivi Daire Başkanlığı, 1994.

5 Raymond Kévorkian, The Armenian Genocide. A Complete History, Londres, New York : I. B. Tauris, 2011.

6 Raymond Kévorkian, Lévon Nordiguian et Vahé Tachjian (dir.), Les Arméniens, 1917-1939, la quête d’un refuge, Beyrouth : Presses de l’Université Saint-Joseph, 2006 ; deuxième édition, Paris : Réunion des Musées Nationaux, 2007.

7 Fuat Dündar, İttihat ve Terakki’nin Müslümanları iskân politikası, 1913-1918, Istanbul : İletişim, 2001. Du même auteur, Modern Türkiye’nin Şifresi : İttihat ve Terakki’nin etnisite mühendisliği, 1913-1918, Istanbul : İletişim, 2008.

8 R. Kévorkian, The Armenian Genocide…, op. cit.

9 Marc Nichanian, La perversion historiographique : une réflexion arménienne, Paris : Lignes, 2006.

10 Peu après la publication de la loi provisoire de déportation, une directive datée du 10 juin 1915 a institué des commissions locales chargées de la « protection » des biens dits « abandonnés », permettant cette simple mesure administrative les spoliations menées jusqu’à l’automne de la même année. Le 13 septembre 1915, une « loi provisoire relative aux biens, dettes et créances des personnes qui ont été déportées », a permis de donner une forme légale, après-coup, à ce pillage organisé. Un décret d’application du 26 octobre est venue la compléter en instituant les commissions des « biens abandonnés » (Emvalı Metruke) dans chaque kaza ou district. Voir R. Kévorkian, The Armenian Genocide…, op. cit., pp. 200-206.

11 La Teşkilât-ı Mahsusa ou Organisation spéciale est une organisation paramilitaire secrète mise en place et contrôlée par le Comité central du Comté Union et Progrès dès le mois de juillet 1914. Alors qu’une première Organisation spéciale, très active lors de la seconde guerre balkanique en 1913, avait été formée d’officiers unionistes proches d’Enver Pacha, celle-ci s’en distingue fondamentalement par le recrutement à grande échelle de criminels libérés pour l’occasion des prisons turques afin de former ses escadrons. Pendant la mise en œuvre du génocide, alors que l’État n’intervient officiellement que dans la délivrance des ordres d’arrestation, la formation des convois de personnes déplacées et la gestion de leurs biens – c’est-à-dire leur captation –, c’est la Teşkilât-ı Mahsusa qui est chargée de la part sombre des opérations, à savoir la liquidation physique des déportés en cours de route. Voir R. Kévorkian, The Armenian Genocide…, op. cit., pp. 180-187.

12 Les muhacir (émigrés, réfugiés) étaient essentiellement des musulmans originaires des anciens territoires ottomans dans les Balkans, que le CUP entreprit d’implanter en Anatolie après la fin des guerres balkaniques, souvent en lieux et places des déportés grecs ou arméniens, dans le but de « turciser » le nouvel espace national.

13 R. Kévorkian, The Armenian Genocide…, op. cit.

14 Uğur Ümit Üngör, The Making of Modern Turkey: Nation and State in Eastern Anatolia, 1913-1950, Oxford, New York : Oxford University Press, 2011.

15 Feroz Ahmad, The Young Turks: the Committee of Union and Progress in Turkish Politics, 1908-1914, Oxford : Clarendon Press, 1969.

16 M. Şükrü Hanioğlu, The Young Turks in Opposition, New York, Oxford : Oxford University Press, 1995. Du même auteur, Preparation for a Revolution: The Young Turks, 1902-1908, New York, Oxford : Oxford University Press 2001.

17 İttihat ve Terakki Cemiyeti ou « Comité Union et Progrès », nom officiel du parti jeune-turc.

18 Erik J. Zürcher, The Unionist Factor: The Role of the Committee of Union and Progress in the Turkish National Movement, 1905-1926, Leyde : Brill, 1984. Du même auteur, Turkey: A Modern History, Londres, New York : I. B. Tauris, 1993.

19 Taner Akçam, İnsan hakları ve Ermeni Sorunu. İttihat ve Terakki’den Kurtuluş Savaşına, Kızılay : İmge Kitabevi, 1999. Du même auteur, From Empire to Republic: Turkish Nationalism and the Armenian Genocide, Londres, New York : Zed Books, 2004.

20 Ibidem.

21 Stephan Astourian, « The Armenian Genocide: An Interpretation », The History Teacher, 23/2, février 1990, pp. 111-160.

22 R. Kévorkian, The Armenian Genocide…, op. cit.

23 Raymond Kévorkian, L’extermination des déportés arméniens ottomans dans les camps de concentration de Syrie-Mésopotamie (1915-1916). La Deuxième phase du génocide, numéro spécial de la Revue d’histoire arménienne contemporaine, t. 2, Paris : Bibliothèque Nubar de l’UGAB, 1998.

24 Ph. D. en cours de rédaction à Clark University.

25 Voir supra, note 11.

26 Vahakn Dadrian, German Responsibility in the Armenian Genocide. A Review of the Historical Evidence of German Complicity, Watertown : Blue Crane Books, 1996.

27 Hilmar Kaiser (ed.), A German Officer During the Armenian Genocide: A Biography of Max Von Scheubner-Richter, Londres : Gomidas Institute, 2009.

28 Intervention intitulée : « “Jäckh of the Turks”: On the Trail of an Enabler », au cours du colloque organisé à Clark University, en avril 2010.

29 Ulrich Trumpener, Germany and the Ottoman Empire, 1914-1918, Princeton : Princeton University Press, 1968.

30 Frank G. Weber, Eagles on the Crescent: Germany, Austria and the Diplomacy of the Turkish Alliance, 1914-1918, Ithaca, Londres : Cornell University Press, 1970.

31 André Autheman, La Banque impériale ottomane, Paris : Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1996.

32 Raymond H. Kévorkian et Paul B. Paboudjian, Les Arméniens dans l’Empire ottoman à la veille du génocide, Paris : Éditions d’Art et d’Histoire, 1992.

33 Nevzat Onaran, Emvâl-ı Metruke Olayı: Osmanlı’da ve Cumhuriyette Ermeni ve Rum Mallarının Türkleştirilmesi, Istanbul : Belge, 2010.

34 Il n’est pas inutile de noter à ce sujet que, dans le cadre du processus de rapprochement avec l’Europe, la Turquie se trouve aujourd’hui dans l’obligation de se conformer aux règles touchant à la protection des biens culturels. Or il n’est un secret pour personne que depuis plusieurs décennies la question de la disparition des traces de la présence arménienne en Asie Mineure et tout spécialement de son patrimoine monumental se pose très sérieusement. C’est très probablement pour donner le change que la restauration d’un monastère célèbre situé au milieu du lac de Van (Sainte-Croix d’Aghtamar) a bruyamment été annoncée, tandis que chaque année des dizaines de sites historiques continuent à disparaître, victime des intempéries ou des malveillances. Depuis cinquante ans, des équipes italiennes, françaises et allemandes (Aix-La-Chapelle) ont entrepris l’étude de ce patrimoine monumental qu’une base de données permet d’embrasser dans son ensemble (programme Armeniaca). Voir le site VirtualANI sur www.virtualani.org, ou, plus globalement, le site du projet euro-arménien Armeniaca.eu ou encore celui de raa.am qui inventorient les monuments arméniens et les documentent par des relevés architecturaux et des photographies couvrant la période 1956-2010.

35 Uğur Ümit Üngör et Mehmet Polatel, Confiscation and Destruction. The Young Turk Seizure of Armenian Property, Londres, New York : Continuum, 2011.

36 Samantha Power, A Problem from Hell: America and the Age of Genocide, New York : Harper Perennial, 2007.

37 Vahakn N. Dadrian et Taner Akçam, Judgment at Istanbul: The Armenian Genocide Trials, New York, Oxford : Berghahn Books, 2011.

38 R. Kévorkian, The Armenian Genocide…, op. cit.

39 Sévane Garibian, Le crime contre l’humanité au regard des principes fondateurs de l’État moderne : naissance et consécration d’un concept, Bruxelles, Paris, Genève : Bruylant, LGDJ, Schulthess, 2009.

40 Katia Boustany et Daniel Dormoy (dir.), Génocide(s), Bruxelles : Bruylant, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1999.

41 Yves Ternon, L’État criminel. Les génocides au xxe siècle, Paris : Seuil, 1995.

42 Jacques Sémelin, Purifier et détruire. Usages politiques des massacres et génocides, Paris : Seuil, 2005.

43 Donald Bloxham, The Great Game of Genocide: Imperialism, Nationalism, and the Destruction of the Ottoman Armenians, Oxford, New York : Oxford University Press, 2005.

44 Annette Becker, « L’extermination des Arméniens, entre dénonciation, indifférence et oubli, de 1915 aux années vingt » Revue d’Histoire de la Shoah, no 177-178, 2003, pp. 295-312.

45 Jay Winter, « Under Cover of War: the Armenian Genocide in the context of Total War », in Jay Winter (ed.), America and the Armenian Genocide of 1915, Cambridge, New York : Cambridge University Press, 2003, pp. 37-51.

46 Michael Mann, The Dark Side of Democracy: Explaining Ethnic Cleansing, Cambridge : Cambrige University Press, 2005.

47 David Gaunt, Massacres, Resistance, Protectors: Muslim-Christian Relations in Eastern Anatolia During World War I, Piscataway, N. J. : Gorgias Press, 2006.

48 Yves Ternon, Mardin 1915, numéro spécial de la Revue d’histoire arménienne contemporaine, t. 4, Paris : Bibliothèque Nubar de l’UGAB, 2002.

49 Hamit Bozarslan, Histoire de la Turquie. De l’Empire à nos jours, Paris : Tallandier, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymond H. Kévorkian, « Un bref tour d’horizon des recherches historiques sur le génocide des Arméniens : sources, méthodes, acquis et perspectives », Études arméniennes contemporaines, 1 | 2013, 61-74.

Référence électronique

Raymond H. Kévorkian, « Un bref tour d’horizon des recherches historiques sur le génocide des Arméniens : sources, méthodes, acquis et perspectives », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 1 | 2013, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 16 octobre 2017. URL : http://eac.revues.org/347 ; DOI : 10.4000/eac.347

Haut de page

Auteur

Raymond H. Kévorkian

Historien, Institut français de géopolitique (Université Paris 8)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • Les cahiers de Revues.org