Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Marc Fromager, Guerres, pétrole et radicalisme. Les chrétiens d’Orient pris en étau

Taoufik Ch. Bourgou
p. 133-136
Référence(s) :

Marc Fromager, Guerres, pétrole et radicalisme. Les chrétiens d’Orient pris en étau, Paris, Éditions du Salvatore, 2015, 188 p.

Texte intégral

1Il s’attache à l’exercice académique de recension le choix d’un ouvrage et d’un auteur qui peut illustrer un dialogue avec une discipline et permettrait par là-même de saisir les évolutions des objets, des cadres d’analyses, des méthodes et des paradigmes. L’ouvrage et l’auteur choisis pour cette lecture critique n’entrent pas dans cette catégorie, ni dans l’exercice de la confrontation académique à une nouvelle voie d’analyse et de recherche. L’auteur est un militant agissant dans l’aide aux minorités chrétiennes d’Orient. Il se présente comme auteur de nombreux ouvrages et articles qui s’articulent tous autour de la protection des minorités. L’ouvrage choisi ne correspond pas non plus aux canons universitaires classiques. Il n’y a ni notes de bas de pages, ni bibliographie, il n’y a pas un exposé, même sommaire d’un rattachement à une discipline, un courant de pensée, encore moins à une méthode. L’ouvrage est un réquisitoire contre des « accords » tacites et un plaidoyer pour une minorité « prise en étau ». Ce type d’ouvrage est généralement dédaigné par le genre académique car il s’agit d’un écrit linéaire, démonstratif par saut d’un jalon à un autre.

2Cependant, le livre pose sans l’étayer une thèse souvent évoquée, rarement démontrée d’une corrélation entre le chaos irakien depuis l’arrivée des Américains en 2003, la guerre civile syrienne et des stratégies pétrolières et gazières prêtées de prime abord aux acteurs locaux (Arabie Saoudite et surtout Qatar) et à des parrains extérieurs occultes. La thèse est séduisante à plus d’un titre, elle explicative du peu d’empressement des puissances majeures à trouver une issue au chaos moyen-oriental. Elle est explicative de la situation que vivent les minorités chrétiennes d’Orient, à cheval sur plusieurs pays (Irak, Syrie, Liban, Jordanie) situés dans le corridor des troubles (Irak, Syrie) ou dans les périphéries qui subissent les incidences directes de la guerre civile syrienne (Liban, Jordanie).

3Le livre est composé de cinq parties, autant de jalons censés guider le lecteur depuis un état des lieux du contexte géopolitique moyen-oriental jusqu’à l’énoncé d’une évolution possible qui pourrait déboucher sur une crise majeure, voire une menace directe pour l’Occident. La dernière partie sert d’ailleurs à présenter lignes d’horizons et raisons d’espérer. À ce titre l’ouvrage est fidèle au genre auquel il appartient et l’auteur n’a d’autres prétentions que de vouloir alerter. En cela, son lectorat est désigné avec précision et l’objectif au-delà de la dénonciation d’une situation est de susciter aide et prise de conscience. Mais la thèse défendue interpelle tout politologue et tout spécialiste de la géographie des conflits. Et si la guerre civile syrienne n’était en définitive qu’une énième guerre pour un corridor permettant de dégager du gaz et du pétrole ? L’argument mériterait qu’on s’y attarde. Il en est de même des jeux des États, des puissances régionales et des puissances tutélaires de la région.

  • 1 Taoufik Bourgou, « Les États-Unis, les monarchies du Golfe et les révoltes arabes » in Éric Denécé (...)

4Nous l’avons dit, dès 2011, ce qui se joue dans l’espace syro-irakien, bahreïni, yéménite dans le contexte de ce qui a été trop hâtivement qualifié de « printemps arabes », ce n’est pas tant l’instauration de régimes démocratiques, encore moins l’instauration d’États laïques que la recomposition des zones d’influence, si ce n’est par le retraçage des frontières1. À ce titre l’auteur de cet ouvrage, sans faire un bilan scientifique de l’évolution du rapport de force régional, se place dans l’hypothèse de révoltes initiales « confisquées » par les acteurs régionaux. Il ne fait pas de doute que les engagements respectifs du Qatar, de l’Arabie Saoudite en faveur des groupes djihadistes radicaux ont eu pour corollaire l’implication de l’Iran et du Hezbollah, accentuant la régionalisation du conflit. Cette situation est venue se superposer à un chaos irakien dont la responsabilité première incombe aux États-Unis. Dans ce contexte, toutes les minorités liées ou pas aux anciens régimes, ou tout simplement implantées dans les corridors des troubles et des révoltes se sont trouvées prises dans l’étau des guerres.

  • 2 Voir Stéphane Rosière, Géographie des conflits armés et des violences politiques, Paris : Ellipses, (...)

5L’autre thèse forte d’une guerre pour le gaz mérite elle aussi d’être discutée. Cette thèse interroge la géographie des conflits armés et des violences politiques2. Elle interroge l’observateur, tant seraient frappantes certaines coïncidences entre l’implantation de l’État islamique et les champs pétroliers, recherchés comme ressource pour l’effort de guerre en Syrie et en Irak. Cette thèse pose une question cruciale si on élargit la focale depuis le niveau local jusqu’au niveau régional : les velléités gazières et pétrolières des parrains (Qatar, Arabie Saoudite) de certains groupes combattants sont-elles conséquences d’une évolution des conflits régionaux ou s’agit-il de plans préalablement échafaudés ? De la réponse à cette question dépendra l’analyse que l’on dressera de l’histoire des révoltes arabes dans le Moyen Orient des années 2011 à nos jours. On pourra alors affirmer ou pas s’il s’agit d’une guerre pour le gaz et/ou pour le pétrole. L’implication russe en Syrie, à partir de septembre 2015, constitue pour certains un élément de plus pour étayer la thèse d’une guerre pour les corridors de dégagement du gaz ou de leur blocage, comme l’auteur de cet ouvrage n’a pas manqué de l’indiquer, comme l’auteur de cet ouvrage n’a pas manqué de l’indiquer dans l’incipit de son livre tiré du discours du Pape François du 15 juin 2015.

6Même si ce livre n’entrera pas dans les bibliographies des thèses académiques et autres bibliothèques idéales, il nous amène à nous interroger sur des corrélations trop souvent avancées et difficiles à étayer par des éléments scientifiques pour expliquer des évolutions rapides, erratiques et très complexes. Il n’en demeure pas moins que son message est très intéressant car déjà historiquement vérifié : du sort qui sera fait aux chrétiens d’Orient dépendra très largement l’avenir de l’ensemble du Moyen Orient.

Haut de page

Note de fin

1 Taoufik Bourgou, « Les États-Unis, les monarchies du Golfe et les révoltes arabes » in Éric Denécé (dir.), La face cachée des printemps arabes, Paris : Ellipse, 2011, p. 113-117.

2 Voir Stéphane Rosière, Géographie des conflits armés et des violences politiques, Paris : Ellipses, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Taoufik Ch. Bourgou, « Marc Fromager, Guerres, pétrole et radicalisme. Les chrétiens d’Orient pris en étau », Études arméniennes contemporaines, 7 | 2016, 133-136.

Référence électronique

Taoufik Ch. Bourgou, « Marc Fromager, Guerres, pétrole et radicalisme. Les chrétiens d’Orient pris en étau », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 30 mai 2017, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://eac.revues.org/1053

Haut de page

Auteur

Taoufik Ch. Bourgou

CERDAP-Sciences Po Grenoble, université de Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • Les cahiers de Revues.org