Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Stefan Ihrig, Justifying Genocide in Germany. Violence against the Ottoman Armenians and German reactions, from Bismarck to Hitler

Raymond Kévorkian
p. 131-133
Référence(s) :

Stefan Ihrig, Justifying Genocide in Germany. Violence against the Ottoman Armenians and German reactions, from Bismarck to Hitler, Cambridge, Londres : Harvard University Press, 2016, 460 p.

Texte intégral

1Le dernier livre de l’historien allemand Stefan Ihrig porte sur la réception des violences de masse et du génocide des Arméniens en Allemagne et couvre une cinquantaine d’années. L’ouvrage, qui s’amorce avec les massacres de 1894-1896, dégage une idée-force, à savoir que les exactions commises contre la population arménienne ont été régulièrement légitimées au niveau de l’État allemand et, dans une certaine mesure par l’opinion publique, avec quelques notables exceptions comme Joannes Lepsius ou Armin Wegner.

2Très méthodiquement, l’auteur examine la question dans quatre grandes parties. Il en dégage un concept dominant, le « justificationisme », caractérisant la position allemande qui intègre ces violences de masse comme une réponse de l’Empire ottoman à ses problèmes intérieurs dans le cadre des relations de l’Allemagne avec l’Empire ottoman. L’étude serrée de la presse allemande, des mémoires des principaux acteurs politiques du temps et des archives diplomatiques que l’auteur a menée dégage en premier lieu une représentation dominante de l’Arménien qui est assimilé au Juif et par essence à l’usurier, à la « sangsue », abusant des honnêtes gens, justifiant du même coup les violences de l’État ottoman contre les Arméniens comme on l’a fait pour légitimer les pogroms antijuifs en Europe orientale. La société allemande a si bien intégré ces similitudes qu’il est courant de lire, lorsque la presse évoque les Arméniens ottomans, la formule « juifs d’Orient », qui vient à l’appui de notions fréquemment développées comme « les nécessités militaires » chères au fameux maréchal Colmar Freiherr von der Goltz – il va former à ces « nécessités » les élites militaires ottomanes durant trente ans – ou encore les concepts de « population civile ennemie » et de « trahison en situation de guerre » qui furent exploités par le régime jeune-turc en 1915. Plus généralement, les principaux auteurs d’ouvrages d’anthropologie raciale affirment que juifs et Arméniens ont « des caractères raciaux similaires », sont dispersés et ont un grand sens de l’adaptation et du commerce.

3Mais tous ces éléments de stigmatisation ne doivent pas dissimuler la thèse centrale de cet ouvrage sur le débat interne qui a animé la société allemande autour du génocide des Arméniens et notamment sur le fait que les jeunes-turcs ont résolu le problème de leur minorité arménienne par sa destruction, exemple qui a nourri ceux qui, en Allemagne, ont plus tard songé à employer un moyen similaire pour « régler » la question juive.

4Les trois derniers chapitres, consacrés au rapport entretenu par les nazis avec le génocide des Arméniens, révèlent surtout que les jeunes-turcs et Mustafa Kemal sont devenus pour les nazis (entre autres) un exemple à suivre en termes de traitement des minorités, mais qu’ils ont également exercé une influence sur l’idéologie raciste des nazis et sur leur propension au totalitarisme. L’auteur avance que le discours « justificationiste » employé couramment par la presse allemande et une bonne partie de sa classe politique a fini par contaminer la société allemande et l’a préparée à intégrer les mesures antijuives, puis la destruction des juifs d’Europe.

5Parmi les principaux promoteurs de ce discours, soulignons le rôle majeur joué par Hans Humann, ancien attaché naval allemand à Constantinople et ami intime du ministre de la Guerre ottoman Enver pacha, qui publie régulièrement des articles de cette veine dans le quotidien Deutsche Allgemeine Zeitung, dont il a pris la direction à son retour de Turquie. C’est lui qui contribue au glissement du déni de la réalité des violences exercées contre les Arméniens à leur justification.

6Nous disposions jusqu’à présent de connaissances sur les officiers, tel Max Erwin Schreubner-Richter, un des fondateurs du parti nazi, ou encore Rudolf Höss, commandant du camp d’Auschwitz, qui ont fait leurs armes sur le front oriental lors de la Première Guerre mondiale et ont été témoins de l’extermination des Arméniens. Mais nous ignorions à quel point leur expérience des massacres de masse ainsi acquise a constitué une référence pour les nazis. L’étude de Stefan Ihrig confirme puissamment le lien, la continuité entre les deux guerres mondiales, notamment en matière de violences contre les populations civiles, mais aussi dans la genèse d’une idéologie totalitaire. Dans une déclaration de 1931, Hitler déclare que Mustafa Kemal a été le professeur, et Mussolini et lui-même ses élèves, étant entendu qu’en évoquant Kemal, Hitler a à l’esprit la politique exterminatrice menée par le Comité Union et Progrès, dont le dictateur turc était issu. Une photographie résume l’admiration des nazis pour les Turcs : le 30 octobre 1933, alors qu’on fête à Berlin les dix ans de la République turque, de nombreux miliciens des sections d’assaut convergent vers l’ambassade turque et y forment une haie d’honneur que l’ambassadeur de Turquie et le patron des SA, Ernst Röhm en personne, passent en revue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymond Kévorkian, « Stefan Ihrig, Justifying Genocide in Germany. Violence against the Ottoman Armenians and German reactions, from Bismarck to Hitler », Études arméniennes contemporaines, 7 | 2016, 131-133.

Référence électronique

Raymond Kévorkian, « Stefan Ihrig, Justifying Genocide in Germany. Violence against the Ottoman Armenians and German reactions, from Bismarck to Hitler », Études arméniennes contemporaines [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 30 mai 2017, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://eac.revues.org/1051

Haut de page

Auteur

Raymond Kévorkian

IFG, université Paris 8

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bibliothèque Nubar de l’UGAB

Haut de page
  • Logo Bibliothèque Nubar de l'UGAB
  • Logo Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB)
  • Les cahiers de Revues.org